Nouvelles : 9 employés des soins intensifs d'un hôpital du Québec sont infectés par la gale

9 employés des soins intensifs d'un hôpital du Québec sont infectés par la gale

Une histoire hors du commun.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
314 314 Partages

L'unité des soins intensifs de l’Hôpital Pierre-Le Gardeur à Terrebonne fait face à une situation plutôt inédite alors que 9 de ses employés ont été infectés par la gale.

La gale, qui consiste en une infection cutanée causée par un parasite acarien, qui provoque d’intenses démangeaisons, aurait fait son apparition à l'hôpital en raison d'un des employés qui aurait contracté la maladie dans sa communauté.

Lors d'un entretien accordé auprès de TVA Nouvelles, le CIUSS de Lanaudière s'est montré rassurant en indiquant qu'aucun patient n'avait été infecté.

D'ailleurs, le CIUSS de Lanaudière s'en est assuré en rencontrant tous les patients qui avaient été en contact avec les employés touchés afin d’effectuer des dépistages et des suivis adéquats.

L'hôpital a dû procéder à un protocole complexe afin de contenir la propagation de l'infection et ainsi, les membres du personnel ont dû se soumettre à des mesures de suivis, de surveillance et de dépistage. Des traitements préventifs ont aussi été administrés.

Comme l'indique Santé Canada sur son site, il peut se passer un délai de deux à six semaines après l’infection avant que des symptômes ne commencent à faire leur apparition.

Solie Masse, agent d’information au CIUSS, a expliqué: "En respect des protocoles en vigueur, des mesures de nettoyage et de désinfection sont réalisées à l'unité. La direction suit la situation de près et des communications et des rencontres se poursuivent afin de bien informer l'ensemble des employés de l'unité sur la situation."

D'ailleurs, il faut souligner que ceux et celles qui craignent avoir été infectés par la gale ou qui ont des inquiétudes quant à cette infection peuvent communiquer avec le 811 afin d'avoir toutes les informations nécessaires.

Pour qu'une personne soit infectée, la peau de celle-ci doit avoir un contact direct avec la maladie. Le parasite peut même vivre de 24 à 36 heures ailleurs que sur le corps humain et ainsi, cela augmente les risques d'être contaminé lors d'un partage d’articles personnels comme la literie, les vêtements ou les serviettes avec une personne infectée.

Partager sur Facebook
314 314 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock