Nouvelles : À Québec, des religieuses accusées d'avoir agressé sexuellement des enfants orphelins.

À Québec, des religieuses accusées d'avoir agressé sexuellement des enfants orphelins.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
891 891 Partages

Une demande d'autorisation de recours collectif contre les Soeurs de la Charité a été déposée au palais de justice de Québec mercredi. Le recours collectif réunirait plus d'une cinquantaine de présumées victimes. Les Soeurs de la Charité ont administré l'orphelinat Mont d'Youville pendant des décennies, jusqu'en 1996.

Les Soeurs de la Charité ont réagi aux allégations auxquelles leur organisation fait actuellement face en affirmant qu'elles étaient étonnées et troublées par ces déclarations.

Dans un communiqué, la communauté religieuse a expliqué: "Les Sœurs de la Charité de Québec ont une longue histoire d'aide à la communauté et aux plus vulnérables et elles sont troublées de prendre connaissance des allégations de la procédure impliquant leur congrégation." La communauté a aussi ajouté: "Avant ces procédures judiciaires, les Sœurs de la Charité de Québec n'avaient jamais été informées de telles allégations. Leur étonnement est complet."

L'histoire peut surprendre étant donné qu'il s'agit de toute la première fois qu'une communauté religieuse de sexe féminin est visée par de telles allégations. Aux dires des avocats qui ont déposé la requête de recours collectifs, c'est la toute première fois dans l'histoire du Québec qu'une telle chose se produit.

C'est suite au dépôt de la requête de Jean Simard en avril dernier que des dizaines de présumées victimes ont décidé de s'unir après avoir consulté les avocats du groupe. Les victimes sont si nombreuses qu'on évalue le nombre de celles-ci à plus d'une cinquantaine.

Outre les agressions qui se seraient produites à l'orphelinat Mont d'Youville, d'autres victimes affirment avoir été agressées alors qu'elles se trouvaient à l'orphelinat de Beauport. Or, les agressions auraient aussi été commises par des membres des Soeurs de la Charité.

Me Jean-Daniel Quessy, un des avocats des poursuivants, a bien illustré le fait que les nombreuses victimes qu'il défend étaient encore très jeunes au moment des présumés agressions: "Un certain nombre de victimes, des garçons, des filles, 6,7,8, 9 ans, qui ont été agressées sexuellement par plusieurs sœurs. Je ne veux pas rentrer dans les détails, mais on parle d'attouchements, des choses comme ça qui sont franchement à lever le cœur."

De nombreux abus sexuels sont décrits dans la requête et ceux-ci sont extrêmement répugnants. À titre d'exemple, on peut y découvrir le troublant récit d'une victime qui a subi des agressions de façon répétitive: "À chacune de ces occasions, la Sœur l’assoyait sur ses genoux, lui enlevait sa petite culotte et lui touchait le pubis et la vulve pendant plusieurs minutes."

Les Soeurs de la Charité ont dirigé l'endroit pendant plus de 70 ans, de 1925 à 1996, et il est donc très probable que d'autres victimes s'ajoutent au recours dans les prochaines semaines.

Partager sur Facebook
891 891 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Courtoisie