Nouvelles : “Aujourd’hui, j’ai pleuré avec vous, parce que votre famille ne pouvait pas se joindre à vous pour l'accouchement.“

“Aujourd’hui, j’ai pleuré avec vous, parce que votre famille ne pouvait pas se joindre à vous pour l'accouchement.“

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La crise entourant la COVID-19 fait en sorte que les accès aux hôpitaux sont maintenant très limités et ainsi, certaines personnes doivent vivre ds épreuves très difficiles sans même pouvoir compter sur leurs proches afin d'avoir du soutien.

Or, comme vous le verrez, les travailleurs de la santé sont de véritables anges gardiens et voici un mot qu'une infirmière a laissé à une maman qui a dû accoucher seule.

"Une note de ton infirmière amicale qui t'a accompagné pendant ton accouchement au cours de cette épidémie de coronavirus:

J’ai pleuré aujourd’hui. J’ai pleuré avec toi en t'accompagnant, pleine de larmes, parce que ta famille ne pouvait pas te rejoindre pour ce moment joyeux. Ça m'a fait vraiment mal presque autant que ça t'a fait mal. Ta mère ne pouvait pas te rejoindre. Tes autres enfants ne pouvaient pas être ici pour rencontrer leur nouveau frère. Ta sœur ne pouvait pas te tenir la main pour cet événement à la fois horrible et incroyable. Je comprends.

À l’heure actuelle, partout dans la nation, les unités de travail et d’accouchement sont en isolement strict, ne permettant qu’à un invité de se présenter pendant le travail, l’accouchement, et la période post-partum. Ce sont des lignes directrices du CDC. Nous le faisons pour TOI. Nous faisons cela pour ton bébé. Ce virus se propage comme une traînée de poudre. Les chiffres augmentent de façon exponentielle chaque jour. Nous nous inquiétons pour toi et ton bébé!

Beaucoup de gens pensent que nous réagissons trop à cela. Si c’est le cas, je préfère regarder en arrière et me dire que nous avons réagi de façon excessive plutôt que de regarder en arrière et de me dire que nous n’avons pas fait tout ce que nous pouvions pour te protéger... que nous n’étions pas prêts à assurer la sécurité de ton bébé.

En ce moment, je sais que c’est effrayant. Je sais que c’est triste. Je sais que ce doit être la chose la plus difficile au monde de se sentir comme si tu faisais tout cela seule. Mais ce sentiment n’est rien, comparé au fait d'être isolé de ton nouveau-né malade qui a contracté le virus, installé sous un respirateur.

Rien n’est plus solitaire que de se demander ce que tu aurais pu faire différemment pour sauver la vie de ton bébé. Les 24-48 heures ici à l’hôpital en isolement ne sont qu'une très courte période dans la grande aventure que tu es sur le point de vivre. Lorsque tu partiras, ta famille sera là à attendre de rencontrer ton nouveau bébé. Elle sera tout aussi excitée demain qu’elle l'est en ce moment.

Nous détestons cette situation tout autant que toi. Mais ce que nous voulons plus que tout, c’est une mère et un bébé en bonne santé. En fin de compte, c’est l’objectif de tout le monde. Et nous ferons tout notre possible pour que cela se produise.

Tu dois savoir que pendant que tes "cheerleaders" attendent à la maison pour les bonnes nouvelles, nous serons tes plus grandes "cheerleaders". Nous ferons tout notre possible pour que ton expérience soit la meilleure possible, même en ce temps incertain dans lequel nous nous trouvons.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Love That Matters · Crédit Photo: Capture d'écran