Nouvelles : COVID-19: Le Texas interdit les avortements pendant l’épidémie.

COVID-19: Le Texas interdit les avortements pendant l’épidémie.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles

Le procureur général du Texas, Ken Paxton, a ordonné l’interdiction de pratiquer des avortements dans l’État, à moins que la vie de la mère ne soit menacée. L’ordonnance est venue lundi, un jour après que le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a déclaré que l’avortement ne répondait pas aux critères de soins "essentiels", pour ensuite ordonner que toute procédure qui était prévue soit reportée.

Le procureur Paxton a déclaré dans un communiqué: "Personne n’est exempté du décret du gouverneur sur les chirurgies et les procédures médicalement inutiles, y compris les prestataires d’avortement. Ceux qui violent l’ordre du gouverneur seront accueillis avec toute la force de la loi."

L’ordonnance expirera le 21 avril, mais avant cela, tout travailleur médical qui prodiguerait des soins à l’avortement pourrait être condamné à une amende de 1 000 $, en plus d'une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 180 jours.

Paxton et Abbott suivent les traces de l’Ohio. Le 17 mars, le gouverneur de l’Ohio a ordonné l’annulation de toutes les procédures médicales non essentielles. Au cours du week-end, le procureur général adjoint de l’Ohio, Jonathan Fulkerson, a envoyé des lettres à plusieurs cliniques d’avortement dans l’État, les accusant d’être en violation de l’ordre.

Les cliniques d’avortement, les médecins et les défenseurs des droits reproductifs ont fait valoir que les prestataires d’avortement ne violent pas les ordonnances dans l’un de ces États parce que la procédure est essentielle aux soins de santé. Dans l’Ohio, les cliniques et les médecins continuent de fournir des soins d’avortement malgré les lettres de Fulkerson.

L’American College of Obstetricians and Gynecologists et l’American Board of Obstetrics and Gynecology ont publié une déclaration commune implorant les gouvernements des États de ne pas classer l’avortement comme non essentiel. Dans un communiqué, les deux organisations ont déclaré: "Dans la mesure où les systèmes hospitaliers ou les installations chirurgicales ambulatoires catégorisent les procédures qui peuvent être retardées pendant la pandémie de COVID-19, l’avortement ne devrait pas être classé comme une telle procédure. L’avortement est un élément essentiel des soins de santé complets. Il s’agit également d’un service sensible au temps pour lequel un retard de plusieurs semaines, ou dans certains cas des jours, peut augmenter les risques ou potentiellement le rendre complètement inaccessible. Les conséquences de l’incapacité d’obtenir un avortement ont un impact profond sur la vie, la santé et le bien-être d’une personne."

Jusqu’à présent, aucun litige n’a été déposé pour garder les cliniques ouvertes et fonctionnelles, mais l’American Civil Liberties Union observe les retombées dans le Maryland et le Texas.

Source: Buzzfeed News · Crédit Photo: Capture d'écran