Nouvelles : COVID-19: Les symptômes gastro-intestinaux sont-ils sous-estimés?

COVID-19: Les symptômes gastro-intestinaux sont-ils sous-estimés?

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Des symptômes gastro-intestinaux comme la diarrhée peuvent apparaître avant les symptômes de toux et de problèmes respiratoires chez les patients atteints de la COVID-19, selon une nouvellev étude chinoise, a révélé La Presse. 

D'après une recherche effectuée sur 204 personnes atteintes de la COVID-19 en Chine, 41 % des gens ont perdu l'appétit, 14 % on eu la diarrhée et un plus faible pourcentage de patients souffraient de vomissements et de douleurs abdominales.

« Les médecins devraient reconnaître que les symptômes digestifs comme la diarrhée peuvent être des signes d’infection à la COVID-19, et que le niveau de suspicion pourrait devoir être augmenté plus tôt chez les patients à risque qui présentent des symptômes digestifs plutôt que d’attendre que les symptômes respiratoires émergent », préviennent les chercheurs dans cette étude publiée mercredi. 

Selon les scientifiques qui ont analysé ces données, les personnes souffrant de symptômes gastro-intestinaux s'en sortiraient moins bien que les autres. 

D'autres chercheurs ont déjà révélé que le virus SARS-CoV-2 se trouvait dans les selles de personnes infectées dans 29 % des cas, selon une étude effectuée sur 1 070 patients. 

« Le fait qu’on détecte le virus dans les matières fécales pourrait indiquer que le virus se transmet par la voie fécale-orale », a expliqué à La PResse Mathieu Maheu-Giroux, épidémiologiste à l’Université McGill. « Cependant, on ne connaît pas encore le risque de transmission par cette voie ni l’importance que joue ce mode de transmission dans la pandémie actuelle. À ce stade, on présume encore que la majorité des transmissions se font par voie aérienne et gouttelettes. »

« Même s’il y a du virus dans les selles, pour le moment, on considère que ce sont les gouttelettes respiratoires qui sont à l’origine de la très grande majorité de la transmission », a affirmé Gaston De Serres, médecin épidémiologiste de l’Institut de santé publique du Québec. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Adobe Stock