Nouvelles : COVID-19: Que se passera-t-il après la pandémie?

COVID-19: Que se passera-t-il après la pandémie?

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Tous les experts s'entendent pour dire qu'il faut aplanir la courbe de la propagation du nouveau coronavirus. Mais que se passera-t-il après la pandémie? Doit-on s'attendre à une diminution généralisée des cas et un retour à la normale ou alors des répliques régulières vont-elles compliquer les choses? 

Il « est trop tôt pour affirmer quoi que ce soit sur la dynamique de l'épidémie », a avoué la directrice générale de l'agence sanitaire Santé publique France.  

Elle a affirmé en entrevue à la radio France Info que la Chine et la Corée du Sud ont permis d'observer une « dynamique se déroule sur une période de deux à trois mois avec une inversion du pic, après des mesures très strictes, entre le premier et le deuxième mois ».

Deuxième vague? 

Si la crise en Chine semble passé, des experts s'inquiètent d'une possible deuxième vague. 

« La Chine n'a-t-elle connu qu'une vague annonciatrice (...) et la grande vague est-elle encore à venir? » a écrit le spécialiste en santé publique et en épidémiologie Antoine Flahault dans la revue médicale britannique « The Lancet ».  

La grippe « espagnole » a fait près de 50 millions de morts en trois vagues pour ensuite disparaître, après qu'une certaine proportion de personnes immunisées ait été atteinte. 

D'après M. Flahault, il faudrait entre 50 % et 66 % personnes atteintes puis immunisées pour « éteindre la pandémie ».

Toutes les mesures mises en place dans le monde « sont transitoires, et dès qu’on les relâche, l’épidémie redémarre jusqu’à atteindre l’immunité grégaire ad-hoc, parfois sur plusieurs mois ou années », a expliqué M. Flahault.

Pour le chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, Pr François Bricaire, une « résurgence saisonnière » de la COVID-19 est possible après la première vague. 

Un vaccin efficace contre la COVID-19, espéré d'ici 12 à 18 mois, changerait évidemment la donne, note l'Agence France Presse. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Adobe Stock