Nouvelles : Des anciens employés d'un zoo au Saguenay accusent le propriétaire de cruauté envers les animaux.

Des anciens employés d'un zoo au Saguenay accusent le propriétaire de cruauté envers les animaux.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une enquête menée par le journal Le Quotidien a révélé que le propriétaire du zoo de Falardeau, Daniel Gagnon, serait suspecté de cruauté envers les animaux, suite à la sortie d'une dizaine de ses anciens employés.

Les révélations effectuées par ces anciens employés indiquent que de nombreux animaux ont été hébergés dans de mauvaises conditions, tandis que d'autres animaux seraient morts par manque de soins.

Parmi les nombreux témoignages recueillis par Le Quotidien, on y apprend notamment que des autruches auraient été installées dans une grange en plein hiver, alors que des animaux exotiques de la sorte devraient pouvoir bénéficier des mêmes conditions que dans leur habitat d’origine.

De nombreux animaux seraient morts de froid, dont un dromadaire et une chèvre qui venait tout juste de naître. Un employé a raconté sous le couvert de l'anonymat: "On disait à Daniel que la chèvre qui se trouvait dans la petite ferme extérieure allait bientôt mettre bas et qu’il fallait la faire entrer. Il ne faisait rien. On a retrouvé le bébé chèvre gelé le lendemain. Pour moi, ç’a été la goutte de trop".

Mais s'il y a un cas qui attire encore davantage l'attention, c'est celui d’un léopard d’Afrique, Nessy, qui aurait subi des convulsions suite à une opération de fortune lors de laquelle les effets des drogues se seraient estompés en pleine chirurgie. La pauvre bête se serait ensuite retrouvée paralysée du bassin, pour ensuite être exécutée par balle six semaines plus tard. 

On compte aussi un léopard de l’Amour qui est mort dans des circonstances particulièrement désolantes, comme l'explique un ancien employé: "Il s’était battu avec un autre animal parce que leur cage était côte à côte. Il a perdu une griffe et on avait remarqué que sa patte enflait dans les jours suivants. Mais le temps que Daniel a pris avant d’appeler un vétérinaire a empiré la situation. La patte a été amputée, mais le léopard est mort quelques jours après. On parle d’un léopard de l’amour, de Sibérie. Il en reste seulement quelques dizaines dans le monde."

Au cours des dernières semaines, Daniel Gagnon a fait l'objet de signalements à la Protection de la faune et deux plaintes à la Sûreté du Québec.

Plus de détails à venir...

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Quotidien · Crédit Photo: iStock