Nouvelles : Des braconniers tuent la seule girafe blanche du Kenya et son petit.

Des braconniers tuent la seule girafe blanche du Kenya et son petit.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le site d'informations The Star a annoncé que des braconniers avaient tué la seule girafe blanche du Kenya, ainsi que son petit.

Ce sont les rangers de l’Ishaqbini Hirola Community Conservancy, une zone de conservation communautaire, qui ont confirmé la désolante nouvelle mardi.

Dans une entrevue qu'il a accordée à The Star, Mohammed Ahmednoor, directeur de l’Ishaqbini Hirola Community Conservancy, a expliqué: "C’est un jour très triste pour le Kenya. Nous sommes la seule communauté au monde à être gardienne d’une girafe blanche. Son assassinat est un coup dur pour les énormes mesures prises par la communauté pour conserver les espèces rares et uniques, et une piqûre de rappel pour accentuer nos efforts."

On ignore encore à quel moment la girafe a été tuée, mais les rangers affirment l'avoir retrouvée dans un état déjà squelettique.Son petit, qui a aussi été tué, avait vu le jour à l'été 2019.

La girafe blanche avait joui d'une certaine popularité il y a trois ans, alors qu'on avait découvert ce spécimen unique en son genre, et ce, parce qu'elle était atteinte de leucisme, une maladie génétique qui empêche la pigmentation de la peau.

À l'époque, France 24 avait déclaré au sujet de cette girafe: "Contrairement à l’albinisme, cette condition n’empêche pas la production de mélanine, ce qui explique les quelques zones colorées sur leur corps."

Enfin, comme l'a souligné Ahmednoor, la mort de cette girafe sera une perte inestimable pour le Kenya: "Il s’agit d’une perte à long terme étant donné que les études et les recherches en génétique sur cette girafe, qui constituaient un investissement important dans la région par les chercheurs, a maintenant disparu. De plus, celle-ci stimulait fortement le tourisme dans la région."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Huffington Post · Crédit Photo: Capture d'écran