Nouvelles : Des parents forcés à médicamenter leur enfant à la garderie

Des parents forcés à médicamenter leur enfant à la garderie

C'est déplorable.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
830 830 Partages

Il n'y a pas que dans le réseau scolaire que l'on voit des pressions exercées sur les parents pour médicamenter leur enfant. Dans la réseau des garderies aussi, d'après le Journal de Montréal, même si les experts s'entendent pour dire que les enfants de moins de cinq ou six ans ne devraient pas être médicamentés. 

Un père a raconté au quotidien qu'une directrice de CPE l'a « mis au pied du mur » pour faire médicamenter son fils qui « bougeait trop ».

« Elle nous a dit : " ça va lui prendre des médicaments sinon on va devoir le mettre à la porte "», a confié le père qui a préféré conserver son anonymat. « Des garderies, il n’y en a pas à tous les coins de rue », a lâché le père de famille pour justifier son choix de se plier aux demandes de la directrice malgré lui. 

L'homme a consulté un médecin qui a rapidement donné une prescription à l'enfant. Puis le père a appris que plusieurs autres enfants de la garderie étaient sous médication, suite aux recommandations de la directrice du CPE. 

« La pression vient d’un peu partout dans le système, de l’école, mais aussi des services de garde », a expliqué le pédiatre Gilles Julien. 

« Ce n’est pas que la garderie ou l’école n’est pas bonne, c’est qu’il y a très peu de services de soutien et d’intervention », a-t-il ajouté, en refusant de lancer le blâme aux éducateurs.

« Ça n’a pas de bon sens », a déploré pour sa part le pédiatre Guy Falardeau. « Chez les tout-petits, on ne devrait pas faire ces diagnostics-là, encore moins les médicamenter. »

Voisi les solutions proposées par les pédiatres, telles que rapportées par TVA Nouvelles :

  • Mettre sur pied un comité pour analyser la situation
  • Améliorer l’accès à des services psychosociaux
  • Valider les questionnaires d’évaluation utilisés
  • Faire des lignes directrices sur le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité
  • Offrir plus d’activités physiques
  • Diminuer l’utilisation des jeux vidéo
Partager sur Facebook
830 830 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Capture d'écran