Nouvelles : Des parents jugés cette semaine pour avoir laissé mourir de faim leur enfant de 22 mois

Des parents jugés cette semaine pour avoir laissé mourir de faim leur enfant de 22 mois

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Cette semaine débute le jugement de deux parents qui sont accusés d'avoir laissé mourir de faim leur petit garçon de 22 mois. Leurs problèmes d'alcool ainsi que leurs problèmes financiers les auraient conduits à une extrême négligence.

C'est Le Parisien qui rapporte l'histoire de Gabin, un petit garçon de 22 mois qui a perdu la vie en 2013 dans la commune de Guéret dans la Creuse. Alors qu'il avait à peine 2 ans, il est mort dans des circonstances tragiques. En effet, son autopsie révèle notamment qu'il a subi une «déshydratation extrême» au cours des dernières heures de son existence. Toutefois, ce n'est pas tout, ces parents l'auraient pour ainsi dire laissé mourir de faim. Le quotidien explique que le médecin légiste parle de «maigreur extrême» chez un enfant dont «on pouvait voir et compter les côtes».

En plus de cette malnutrition manifeste, Le Parisien explique que l'enfant était marqué par une très grande saleté sur différentes parties du corps. Le médecin légiste parle notamment des mains, du pubis et des membres inférieurs. En raison de tous ces facteurs, le 7 juin 2013, le coeur de ce petit garçon va s'arrêter de battre, les secours ont tout fait pour le réanimer, mais les 40 minutes de massage cardiaque n'auront pas suffi. Une histoire complètement épouvantable pour un enfant qui avait tout la vie devant soi.

Le Parisien indique que les parents seront jugés cette semaine avec une audience qui commence ce mardi. La justice leur reproche de l'avoir privé d'alimentation et aussi de l'avoir mal soigné. En effet, il y avait des signes avant-coureurs que leurs enfants n'allaient pas bien, mais ils n'ont rien fait. Le quotidien explique qu'à 22 mois, il pesait seulement 5,8 kg. D'ailleurs, ce qui est bien troublant dans cette histoire, c'est que le père du petit Gabin ne peut pas donner sa date de naissance ni de décès.

Le médecin de cette famille sera également jugé, mais son audience aura lieu en 2020, relate Le Parisien. Il est accusé de «non-assistance à personne en péril». Il aurait fait abstraction de l'état de santé de l'enfant et aurait donc sa part de responsabilité dans cette affaire. Une histoire complètement effroyable qui risque de faire couler beaucoup d'encre.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Adobe Stock