Nouvelles : Des parents pédophiles qui ont violé leur fille de 2 ans sont condamnés à la prison à vie.

Des parents pédophiles qui ont violé leur fille de 2 ans sont condamnés à la prison à vie.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Un couple a été condamné à une sentence d'emprisonnement à vie après que les deux parents aient été reconnus coupables d'avoir violé leur petite fille et qu'ils aient admis avoir fantasmé sur l'abus de leur enfant à naître.

Gerrad Coddington, 25 ans, et Christina Nelson-Coddington, 29 ans, ont été condamnés pour 29 crimes sexuels impliquant leur enfant de deux ans qui a été menotté, battu et agressé sexuellement.

Les crimes pour lesquels ils ont été reconnus coupables comprenaient le viol, la maltraitance des enfants, l'inceste et la réalisation d'images d'abus sexuels sur des enfants.

Pour ajouter à l'horreur, le tribunal a découvert que les pédophiles originaires de l'Oklahoma, aux États-Unis, "avaient rêvé de commettre un inceste avec leur bébé à naître".

Le procureur général Mike Hunter a déclaré qu'il n'avait jamais vu un crime aussi horrible au cours de sa carrière.

Hunter a déclaré: "Ces deux individus se sont livrés à des actes horribles d'abus et de violence avec des enfants innocents. Les actions de ces deux individus à l'égard des enfants qui ont été soumis à ces actes horribles sont impardonnables. Ce sont des gens maléfiques qui ont présenté un danger pour la société. Je salue la décision du juge Edwards de les avoir tenus responsables dans toute la mesure de la loi. J'applaudis les enquêteurs du Centre national pour les enfants disparus et exploités, l'enquêteur de mon bureau avec le Groupe de travail sur les crimes contre les enfants sur Internet et les avocats qui ont travaillé sur cette affaire pour obtenir un résultat positif".

C'est après que la police ait été informée qu'un utilisateur avec l'adresse IP des Coddington envoyait du matériel sexuellement explicite d'enfants via la plate-forme Messenger que les deux parents s'étaient retrouvés dans la mire des enquêteurs.

Ceux-ci avaient ensuite fait la découverte de plus de 6 000 pages de "communications incriminantes" entre le couple.

Enfin, les autorités ont précisé que les deux parents n'auraient jamais le droit de demander une libération conditionnelle.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Mirror · Crédit Photo: Capture d'écran