Nouvelles : Des témoins filment le moment où une femme transsexuelle est gravement violentée dans la rue.

Des témoins filment le moment où une femme transsexuelle est gravement violentée dans la rue.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1 1 Partages

À Bamako, la capitale du Mali, de nombreuses vidéos montrent qu'une femme transsexuelle a été victime de plusieurs gestes de violence. Les vidéos qui témoignent d'une violence insoutenable auraient amplement circulé sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours.

Aux dires des médias locaux, quatre vidéos du genre existeraient dont une qui a obtenu plus de 300 000 vues sur Facebook ainsi que 1400 mentions "j'aime". Dans la vidéo en question, on peut y voir la victime qui est forcée de se dénuder alors que des hommes lui lancent des insultes.

France24 a obtenu des informations auprès de l’association ARESM, qui défend les droits des personnes transsexuelles au Mali et de sources policières, et selon celles-ci, les images auraient été filmées "à Bamako, derrière le carré VIP de la boîte de nuit Cotton Club dans le quartier de l’hippodrome, le 14 septembre dernier".

Pour ajouter à l'horreur, un extrait de ladite vidéo a été publié sur la page "L.c.h.m Chico 223", qui se spécialise notamment dans la propagande haineuse à l'égard de la communauté LBGT. Dans un français très approximatif, la page invitait les internautes intéressés à voir la vidéo complète à les contacter: "LCHM en marche, le nouveau slogan : "Il y en a encore à l’hippodrome". Elle/il a retrouvé sa dose maintenant, c’est ce qu’il te fallait milou. Ceux ou celles qui veulent la vidéo complète peuvent me contacter en inbox".

Quant aux trois autres vidéos, celles-ci sont de durée variable et elles ont principalement circulé par l'entremise de Whatsapp.

Dans une des trois vidéos, on peut voir la victime qui se défend de ne pas être homosexuelle alors qu'un des agresseurs lui lance: "Enlève tous tes habits. Un pédé ici ?! tu oses ? […] Ne le laisse pas s’enfuir ! […] Qu’est ce qui t’amène à faire ça ? enlève ton caleçon ! Pédé, tu n’as pas honte ?"

Un responsable de l’association malienne ARESM, qui souhaitait demeurer anonyme, a bien voulu expliquer à France24 à quel point la situation avait pris des proportions très inquiétantes: 

"Pour les personnes transsexuelles mais aussi pour toute la communauté LGBT, les insultes et le chantage font partie du quotidien. Depuis 2017 on a recensé et signalé une centaine de vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, montrant des transsexuels humiliés, insultés ou frappés. Après ce type d’humiliation publique et d’agression physique, les personnes transsexuelles partent généralement se faire oublier, loin de chez elles. Pour cette raison, on met généralement plusieurs semaines ou plusieurs mois à obtenir de leurs nouvelles."

Partager sur Facebook
1 1 Partages

Source: France24 · Crédit Photo: Capture d'écran