Nouvelles : Deux incidents impliquant des Boeing 737 MAX 8 ont eu lieu au Canada.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

Deux incidents impliquant des Boeing 737 MAX 8 ont eu lieu au Canada.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
757 757 Partages

TVA Nouvelles a révélé que deux incidents impliquant des Boeing 737 MAX 8 auraient eu lieu au Canada au cours de l'année dernière. C'est ce qu'indique des documents de Transports Canada.

Un premier rapport de Transports Canada nous apprend qu'un atterrissage d'urgence avait dû s'effectuer en raison de "problèmes techniques".

Celui-ci remonte au 1er décembre 2018, date où le vol WJA1245 de West Jet a dû se poser rapidement en raison d’un problème de compensateur déséquilibré. L'appareil devait alors effectuer un vol qui le mènerait de Tampa jusqu'à Toronto.

Le second incident, qui impliquait un appareil d'Air Canada, s'est produit le 20 juin 2018.

Il s'agissait du vol ACA783 qui faisait la liaison entre Montréal et Los Angeles et celui-ci avait dû revenir vers son point de départ "à cause d’un problème technique".

Précisons toutefois que ce vol n'a pas nécessité d'atterrissage d'urgence.

Comme l'indique TVA Nouvelles, au Canada, on dénombre 24 Boeing 737 MAX 8 qui sont opérés par Air Canada, 13 chez West Jet, et 4 chez Sunwing.

La compagnie Sunwing a récemment déclaré qu'elle n'effectuerait plus de vols avec ce type d'appareil.

Aux États-Unis, de nombreuses plaintes liées à ce type d'appareil ont été enregistrées au cours de la dernière année.

Jusqu'ici, plusieurs rapports laissent croire que les problèmes seraient principalement causés par le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l'avion, le «MCAS» (Manoeuvering Characteristics Augmentation System). D'ailleurs, c'est précisément en raison du MCAS que le Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air s'était écrasé en octobre dernier.

Le copilote d'un Boeing 737 MAX 8 avait décrit un incident similaire avec lequel il avait dû négocier. Celui-ci avait expliqué qu'alors que l'appareil avait atteint la vitesse désirée, "le commandant de bord a activé le +A+, le pilotage automatique. En deux ou trois secondes, l'avion s'est mis à piquer du nez. [...] J'ai crié ''descente'' juste avant que le GPWS (Ground proximity warning system, système d'avertisseur de proximité du sol) ne retentisse» dans le cockpit. Le commandant de bord a immédiatement déconnecté le pilotage automatique et redressé l'avion. [...] Le reste du vol s'est déroulé sans incident. Mais je n'ai pas pu trouver de raison expliquant que l'avion ait piqué du nez de manière si abrupte."

Partager sur Facebook
757 757 Partages

Source: TVA Nouvelles
Crédit Photo: Courtoisie