Nouvelles : Fermeture «sauvage» du Thursday's: des employés réagissent

Fermeture «sauvage» du Thursday's: des employés réagissent

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Des employés du Thursday's à Montréal se sont réveillés le 1er janvier 2020 sans travail. C'est que les propriétaires de l'établissement montréalais ont décidé de fermer les portes du commerce et de mettre tous les employés à pied sans préavis. 

Les employés ont tous reçu un courriel à 11 heures, mercredi le 1er janvier 2020, d'après TVA Nouvelles. Ils n'ont reçu aucun préavis. 

Le Thursday’s s'est installé à Montréal le 23 mai 1973 d'après TVA Nouvelles. Il a été fermé brièvement en septembre 2012, puis le fils du premier propriétaire avait repris le contrôle de l'établissement. 

La gérante du Thursday’s, Dayanna, a écrit dans un groupe Facebook destiné aux offres d'emploi sur secteur des bars et de la restauration pour demander l'aide des autres établissement montréalais afin que tout le monde se retrouve rapidement un travail. 

« Malheureusement, ils ont décidé de mettre la clé devant la porte aujourd’hui et cela sans préavis. On est plusieurs employés (busboy,serveurs bartenders,plongeurs,gérants et cuisiniers )a chercher un emploi au plus vite. Plusieurs d’entre nous ,avons des familles à nourrir et des choses à payer et d’autres ne savent pas quelles démarches faire lorsqu’on a un visa de travail dans ces situations »je pa, a-t-elle écrit avant d'ajouter « je demande svp au groupe de nous aider ».

Chloé Ratté, une employée du Thursday's a publié une « lettre ouverte » à son employeur sur Facebook : 

« Premier jour de 2020, l’ensemble de notre équipe s’éveille à cette nouvelle complètement inattendue pour inaugurer l’année. Quelques mots tapés rapidement ‘’Sent from my iPhone’’ pour annoncer à une centaine d’employés qu’ils n’ont plus de travail. Quelques mots écrit sèchement pour annoncer la fin d’une ère; la fermeture du fameux Thursday's Montréal de la rue Crescent.

En mettant les clés dans la porte du Thursday’s ce matin, vous fermez non seulement l’emploi d’une centaine d’employés mais vous enterrez également une institution de la restauration de Montréal. Dans un marché saturé où plusieurs restaurants ne franchissent pas la barre des 5 ans, Thursday’s fonctionne à plein régime depuis plus de 47 ans. Il s’agit d’une entreprise familiale qui a été menée de main de maître par les Ragueneau avec amour, soin et passion. Thursday’s, c’est aussi une foulée de clients réguliers qui viennent tous les jours depuis plusieurs années pour discuter avec vos employés dévoués qui ont déjà apposé leur verre favoris devant leur siège habituel au moment même où ils passent la porte. C’est aussi à eux que vous fermez la porte au visage aujourd’hui Mme Nakis. Comment auriez-vous pu le savoir? Vous avez brillé de votre absence pendant les heures d’achalandage et vous n’auriez jamais pu constater que les changements que vous apportiez à l’établissement le brûlait à petit feu.

Malgré le fait que la fermeture du Thursday’s soit subite et surprenante, votre manière de prendre en main la situation était quant à elle aussi pathétique que prévisible. Le lendemain du Nouvel An après la soirée de l’année, vous explosez la nouvelle aux mêmes personnes qui ouvraient le champagne pour vos clients quelques heures auparavant. Aucun bruit, sans préavis. Vous avez traité ce patrimoine de la restauration comme n’importe quel autre de vos numéros d’entreprises et vous en goûtez la défaite aujourd’hui. Vous nous avez échoués Mme Nakis. Dommage que cette leçon d’entrepreneuriat aura coûté le salaire d’employés dont certains qui travaillent pour l’établissement depuis plus d’une trentaine d’années.

En terminant permettez moi de me présenter; mon nom est Chloé et j'étais l'une de vos nombreuse employé. J’ai le sentiment que je dois me présenter car vous n’avez presque jamais pris le temps de venir serrer quelques mains sur le plancher dans la dernière année. J’imagine que c’est plus simple de lâcher prise lorsque vous ne pouvez même pas mettre un visage sur ceux que vous congédiez. Je travaille au Thursday’s depuis les 5 dernières années depuis sa réouverture et laissez-moi vous dire que c’est tout un choc de dire au revoir à cet endroit qui a accueilli tellement de beaux moments.

Au nom de tous les employés du Thursday’s bistro-bar et club, nous sommes désolés de ne pas avoir eu l’occasion de prendre un dernier verre avec vous, chers clients. Quant à vous Mme Nakis, j’aimerais également vous dire au revoir mais nous aurons la chance de discuter plus longuement aux normes du travail. » 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Facebook, TVA Nouvelles et Narcity · Crédit Photo: Facebook