Nouvelles : Fillette décédée à Granby: Cette femme a demandé plusieurs fois à la DPJ d'intervenir

Fillette décédée à Granby: Cette femme a demandé plusieurs fois à la DPJ d'intervenir

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
459 459 Partages

La directrice d'un organisme venant en aide aux familles québécoises affirme avoir fait appel à de multiples reprises à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) afin de venir en aide à la fillette de 7 ans de Granby qui est décédée mardi en fin de journée.

Dans une entrevue qu'elle a accordée à QUB radio, Karine Darcy n'a pas caché être dévastée par les nouvelles des derniers jours: "Ça fait deux nuits que je ne dors pas. [...] Je peux dire que je suis plus qu’ébranlée, je suis vraiment dans un choc traumatique total, parce que notre pire crainte est arrivée."

Darcy, qui est la fondatrice de l’organisme Aide, conseils et assistance aux familles québécoises (ACAFQ), a multiplié les interventions dans l'espoir de sortir la fillette du milieu familial duquel elle était prisonnière, mais en vain: "Je veux avoir des réponses à mes questions, je veux aller jusqu’au bout des choses. Je trouve que c’est très grave. Au niveau communautaire, on donne énormément de notre temps, on se dévoue énormément et je ne veux plus jamais qu’une situation comme ça puisse arriver sous mon nez."

Comme l'a expliqué Darcy lors de son entrevue en compagnie de l'animateur Benoît Dutrizac, les deux grands-mères de la fillette avaient tenté de venir en aide à l'enfant, mais chaque fois, le père parvenait à les en empêcher. 

La conclusion tragique de cette histoire marquée par le décès de la fillette mardi en après-midi était justement le scénario que tout le monde souhaitait éviter: "On avait tous cette crainte-là, quelque part, qu’il survienne un événement tragique, mais on espérait que ça ne soit pas aussi tragique."

Enfin, Darcy a expliqué avoir une pensée pour la grand-mère maternelle de la fillette qui avait pris soin d'elle de la naissance jusqu'à l'âge de 44 mois: "C’est quand même la majorité de sa vie, à cette petite fille-là. Et c’est ma seule consolation: elle a connu 44 mois d’amour et d’harmonie dans sa vie. C’est une mince consolation."

Partager sur Facebook
459 459 Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Courtoisie