Nouvelles : Fillette décédée à Granby: Richard Martineau compare l'affaire à celle d'Aurore l'enfant martyre.

Fillette décédée à Granby: Richard Martineau compare l'affaire à celle d'Aurore l'enfant martyre.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,752 1.8k Partages

Les réactions se font très nombreuses suite au décès d'une fillette de 7 ans dont l'histoire est de plus en plus comparée à celle d'Aurore l'enfant martyre. Alors que l'ex-politicien et chroniqueur Mario Dumont avait fait cette comparaison, voilà que c'est au tour du chroniqueur Richard Martineau de tenir des propos similaires.

Dans sa chronique qu'il signe pour le Journal de Montréal, Richard Martineau pointe tout de suite du doigt les organisations, mais aussi l'entourage de la jeune victime: "La DPJ, la police, la commission scolaire, le Tribunal de la jeunesse, les voisins – personne n’a rien vu ? Tout le monde s’est planté ? Comment une femme qui a été condamnée pour voies de fait sur une enfant de cinq ans a-t-elle pu obtenir une absolution inconditionnelle ?"

D'ailleurs, des questions, le chroniqueur en avait plusieurs en tête et parmi celles-ci, le fait que les parents de la fillette soient parvenus à obtenir l'autorisation de lui faire l'école à la maison alors que des proches sonnaient déjà l'alarme depuis longtemps: "Pourquoi n’a-t-on pas pris au sérieux les nombreux appels à l’aide de la grand-mère paternelle ? La jeune victime a été élevée par sa grand-mère paternelle pendant 44 mois. Pourquoi a-t-on décidé de retirer la garde de la fillette à cette dame pour la renvoyer chez son père, qui n’était visiblement pas sain d’esprit ? Pourquoi une commission scolaire a-t-elle accepté qu’un père retire sa fille de sept ans de l’école ? L’homme voulait faire « l’école à la maison » ? A-t-on vérifié s’il avait la capacité d’éduquer lui-même sa fille ? Si ses intentions étaient nobles ?"

En mettant en lumière le fait qu'aucun intervenant n'a cru bon retirer la fillette de ce foyer, Richard Martineau a comparé cela avec les récentes inondations: "La liste de questions que nous nous posons ce matin est interminable. Toutes les lumières étaient allumées sur le tableau de bord, mais rien n’a été fait. Pour reprendre la métaphore de l’inondation, c’est comme si on avait posé 10 digues, et qu’elles s’étaient toutes affaissées l’une après l’autre ! Que l’une cède, c’est une chose. Ça peut arriver. Mais toutes ?"

Bref, comme le souligne Martineau, souhaitons que sur ce coup, les autorités soient plus proactives que par le passé: "Hier, on apprenait que cinq ans après l’incendie de L’Isle-Verte qui a coûté la vie à 32 personnes âgées, 1300 résidences privées pour aînés étaient toujours sans gicleurs ! On n’apprend pas de nos erreurs !"

À LIRE AUSSI : 

Le directeur de la DPJ de l’Estrie relevé de ses fonctions

Fillette décédée à Granby: L'ex-juge Ruffo accuse les institutions payées pour protéger la petite de ne pas avoir fait leur devoir

Partager sur Facebook
1,752 1.8k Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Courtoisie