Nouvelles : Gabriel Nadeau-Dubois affirme que les Québécois ne veulent pas de baisses d'impôts.

Gabriel Nadeau-Dubois affirme que les Québécois ne veulent pas de baisses d'impôts.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, a déclaré que les Québécois ne souhaitaient pas de réductions d’impôt en 2020, mais plutôt que le gouvernement investisse dans ses services.

C'est mardi au parlement, peu avant la réunion des élus de son parti qui préparent la rentrée parlementaire, que le co-porte-parole a répondu aux questions à propos de l’attribution des surplus budgétaires prévus par le gouvernement en déclarant: "Les gens ne veulent pas de baisses d’impôt de 100 $ ou 150 $ par an, ils veulent un meilleur accès aux hôpitaux, l’accès à de bonnes écoles publiques, bien financées, avec suffisamment d’enseignants. Ils veulent une assurance dentaire, une meilleure qualité de vie."

Puis, vers 14h, Gabriel Nadeau-Dubois a réagi à propos du même sujet en déclarant sur Facebook:

"Allez leur demander…

Allez leur demander, aux parents qui ramassent leur enfant à la petite cuillère parce qu’il a eu 10 remplaçants depuis le début de l’année scolaire, si leur priorité, c'est une baisse d’impôts de 150$.

Allez leur demander, aux aînés qui vivent dans des conditions pitoyables, si leur priorité, c’est une baisse d’impôts de 150$.

Aux infirmières qui font du temps supplémentaire obligatoire jusqu’à en tomber de fatigue, si leur priorité, c'est une baisse d’impôts de 150$.

Aux familles qui attendent depuis 3 ans une place en CPE, si leur priorité, c’est une baisse d’impôts de 150$.

Aux patients qui attendent 15 heures aux urgences avant de voir un médecin, si leur priorité, c'est une baisse d’impôts de 150$.

Allez leur demander, aux travailleurs qui soignent leur dépression avec de l'alcool parce que c'est moins cher qu'un psy, si leur priorité, c'est une baisse d’impôts de 150$.

Aux citoyens qui attendent l’autobus 25 minutes chaque matin, si leur priorité, c’est une baisse d’impôts de 150$.

Aux gens qui ont des caries, mais qui n'iront pas chez le dentiste cette année parce qu'ils n'ont pas d'assurances, si leur priorité, c'est une baisse d’impôts de 150$.

Aux Québécoises qui craignent pour leur sécurité et qui se font refuser une place dans une maison d’hébergement, si leur priorité, c'est une baisse d’impôts de 150$.

Aux locataires qui vivent dans un taudis insalubre en attente d’un logement abordable, si leur priorité, c'est une baisse d’impôts de 150$.

Allez leur demander, après des années d’austérité libérale, avec quoi rime le mot « changement » : avec une nouvelle baisse d’impôt qui profitera encore aux plus riches, ou avec des millions de 150$ investis dans le bien commun?"

Manon Massé, qui est aussi co-porte-parole de QS, a expliqué pour sa part que les employés du secteur public avaient "fait les frais de l’austérité". Tout en annonçant que son parti arriverait avec de nouvelles propositions à cet effet au printemps prochain, elle a conclu en disant: "Mais il n’y a pas juste les demandes syndicales. (...) On va pas faire la négociation sur la place publique, mais collectivement, il faut aussi être capable de redonner à ces gens-là."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Huffington Post · Crédit Photo: Facebook