Nouvelles : Il poursuit son ex petite amie pour avoir mis fin à sa grossesse sans son consentement

Il poursuit son ex petite amie pour avoir mis fin à sa grossesse sans son consentement

Une première!

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,442 1.4k Partages

Un juge de l'Alabama viens d'autoriser Ryan Magers à poursuivre son ex petite amie parce qu'elle a mis fin à sa grossesse sans son consentement. 

La jeune fille avait 16 ans lorsqu'elle a décidé d'interrompre sa grossesse à six semaines alors que Ryan Magers avait 19 ans. C'était en février 2017. 

La cour américaine a reconnu quele foetus était une personne avec des droits, au même titre que n'importe quel autre être humain. Une première aux États-Unis. 

Ryan Magers explique dans les documents de la cour qu'il a supplié sa petite amie de mettre l'enfant au monde, mais qu'elle a refusé en prenant la pilule abortive. Dans ces papiers, l'enfant est nommé « Bébé Roe ».

« Je suis ici pour tous ces hommes qui veulent leur bébé », a déclaré Ryan Magers à ABC 31. « J'ai tenté de la raisonner et de lui parler pour voir ce que je pouvais faire, mais au final, je n'ai rien pu faire pour qu'ele change d'idée... Je crois que chaque enfant dès la conception est un bébé et mérite de vivre. »

« Pour Ryan, il n'y a rien de plus important que la famille », a déclaré pour sa part son avocat, J. Brent Helms à Refinery 29. « Il a même accepté de travailler plus d'heures pour être capable de payer toutes les choses pour Bébé Roe. Il ignore pourquoi elle n'a pas voulu garder le bébé. »

Hannah Ford, une porte parole du mouvement contre l'avortement, a expliqué que selon elle Bébé Roe « s'est fait dérobé cruellement la vie et a été forcé au silence avant même de pouvoir entrer dans ce monde ou d'être capable de parler pour lui-même ».

Les personnes qui soutiennent le mouvement Pro Choix sont inquiets par cette poursuite et ce qu'elle peut signifier pour l'avenir de toutes les femmes et les jeunes filles du pays.

« Cet homme a été incapable de forcer sa petite amie à poursuivre sa grossesse et il a donc pris une mesure extrême pour exercer un contrôle », a affirmé une porte parole du mouvement. « [Ce cas] a le potentiel d'être utilisé dans d’autres États, et pourrait encourager les opposants à l’avortement… et des conservateurs retournant chaque rocher pour voir comment ils peuvent interdire l’avortement. »

Partager sur Facebook
1,442 1.4k Partages

Source: VT · Crédit Photo: Capture d'écran