Nouvelles : Justin Trudeau lance un sévère avertissement au nouveau gouvernement de François Legault.

Justin Trudeau lance un sévère avertissement au nouveau gouvernement de François Legault.

Un avertissement à ne pas prendre à la légère.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
6,394 6.4k Partages

Alors que le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) et nouveau premier ministre du Québec, François Legault, a laissé entendre qu'il songeait à la possibilité d'avoir recours à la disposition de dérogation afin d'interdire le port de signes religieux aux personnes en position d'autorité, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a tenu à lui lancer un sérieux avertissement à ce sujet.

Mercredi matin, le premier ministre du Canada était questionné au sujet des intentions du premier ministre du Québec et à ce sujet, Justin Trudeau a mis en garde son homologue de la province du Québec en affirmant qu'une telle mesure n'était "pas quelque chose à faire à la légère".

Justin Trudeau a aussi précisé que le recours à une telle clause "devrait être fait qu'en des moments exceptionnels et après beaucoup de réflexion", tout en invitant François Legault à tenir compte de "beaucoup de considérations profondes sur les conséquences".

À cet effet, le premier ministre du Canada a tenu à bien se faire comprendre en mettant en lumière "que supprimer, ou d'éviter de défendre les droits fondamentaux des Canadiens" est "une chose à laquelle il faut faire très attention".

Comme l'a souligné Justin Trudeau, celui-ci croit que ce n'est pas à l'État de dire à ses citoyens ce qu'ils peuvent porter ou non.

Du côté de la CAQ, on semble avoir compris qu'on se frottait à une question très délicate, car la député caquiste Geneviève Guilbault a profité d'un point de presse à la sortie d'un caucus afin de préciser qu'il y aurait une période d'ajustement: "Il y aurait une période de transition où on va expliquer les tenants et aboutissants de cette loi que nous aurons adoptée. Les personnes auront la possibilité de se relocaliser, d’occuper un autre emploi s’ils le souhaitent, s’ils souhaitent maintenir le port du signe religieux. [...] C’est seulement une petite proportion des emplois au Québec qui seront visés par ça. Mais s’ils font le choix de ne plus occuper cet emploi, à ce moment-là, ce sera leur choix."

Quant au député Simon Jolin-Barrette, celui-ci n'a pas manqué de souligner que la clause dérogatoire dont Justin Trudeau craint l'utilisation est un outil qui avait été introduit par son père: "C'est un outil juridique à la disposition des différents parlements, des législatures canadiennes. Et la Constitution canadienne, lorsqu'elle a été rapatriée, lorsqu’on a inclus la Charte, ça a été une disposition qui a été négociée, qui a été insérée. D’ailleurs, c’est l’ex-premier ministre Pierre Elliott Trudeau qui a prévu cette disposition-là. Le père de M. [Justin] Trudeau."

Partager sur Facebook
6,394 6.4k Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Keystone Press Agency