Nouvelles : L’ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, fuit le Japon pour se réfugier au Liban

L’ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, fuit le Japon pour se réfugier au Liban

Un véritable coup de théâtre!

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Il s'agit sans aucun doute d'une des nouvelles les plus étonnantes de la journée et elle nous vient du Japon où l'ex-PDG de l'Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a fui l'Empire du soleil levant pour se réfugier au Liban alors que la justice lui avait empêché de quitter sa résidence de Tokyo.

C'est BFM TV qui rapporte cette nouvelle qui risque de faire couler beaucoup d'encre au cours des prochains jours. En effet, Carlos Ghosn, l'ex-PDG de l'Alliance Renault-Nissan a fui le Japon pour se réfugier au Liban alors qu'il avait été assigné à résidence dans l'attente de son procès. À peine arrivé à Beyrouth, l'homme de 65 ans n'a pas perdu du temps pour briser le silence via un communiqué, rendu public par ses porte-parole, où il explique se sentir libéré du carcan de la justice japonaise. «Je suis à présent au Liban. Je ne suis plus l'otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité, où la discrimination est généralisée et où les droits de l’homme sont bafoués, cela au mépris absolu des lois et traités internationaux que le Japon a ratifiés et qu’il est tenu de respecter».

Toutefois, les conditions de son départ précipité du Japon restent encore bien mystérieuses, raconte BFM TV. En effet, la chaîne de télévision explique que son avocat, Junichiro Hironaka, était toujours en possession de ses passeports. D'ailleurs, il a appris son départ à la télévision. Selon le journal libanais Al-Joumhouriya, il aurait voyagé en avion privé jusqu'en Turquie avant de se rendre au Liban. Toutefois, sa résidence était extrêmement surveillée, il est donc difficile de comprendre comment il est passé entre les mailles du filet.

BFM TV rappelle que son procès pour malversations financières devait se tenir au printemps 2020. Si certains observateurs peuvent interpréter sa fuite du Japon pour éviter d'être jugés, c'est quelque chose qu'il a complètement balayé dans son communiqué. «Je n'ai pas fui la justice, je me suis libéré de l'injustice et de la persécution politique. Je peux enfin communiquer librement avec les médias, ce que je ferai dès la semaine prochaine».

Si beaucoup de points sont encore à éclaircir dans cette histoire, une chose est certaine, la saga Carlos Ghosn est loin d'être terminée et elle risque de faire le tour du monde au cours des prochains jours. Il s'agit donc d'une affaire à suivre.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: BFM TV · Crédit Photo: Capture d'écran vidéo Youtube