Nouvelles : L'état de santé de Julien, ce Québécois du Diamond Princess atteint du coronavirus, jugé « très préoccupant»

L'état de santé de Julien, ce Québécois du Diamond Princess atteint du coronavirus, jugé « très préoccupant»

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles

Julien Bergeron, le Québécois atteint du coronavirus qui a été évacué cette semaine du Diamond Princess en compagnie de sa conjointe, Manon Trudel, serait actuellement dans un état de santé très préoccupant.

Suite à son évacuation du bateau de croisière, Bergeron avait été transporté dans un hôpital du Japon afin d'y recevoir des soins.

Or, au cours des dernières heures, les nouvelles à son sujet étaient très inquiétantes.

La soeur de la conjointe de Bergeron, Flavie Trudel, a partagé les dernières nouvelles qu'elle avait obtenues sur Facebook en déclarant: "MANON ET JULIEN: La dernière fois que Manon a vu Julien, il lui a dit: ''On est dans les sables mouvants. Plus on se débat pour vivre plus on cale''. Hier, ils étaient tous les deux, à des étages différents, dans le même hôpital et ne se sont pas vus. Il y a quelques heures, Julien a été transféré dans un autre hôpital sans que Manon ne sache pourquoi. J'ai fait des démarches et j'ai trouvé à quel hôpital est rendu Julien et comment il allait. J'en ai informé Manon par texto, ne pouvant plus communiquer par facetime avec elle. Julien fait une double pneumonie rattachée au Coronavirus. Il semble que des démarches sont faites actuellement pour le transfert de Manon au même hôpital que Julien. Manon ne peut communiquer avec Julien. À suivre!"

Toujours selon ce qu'a indiqué Flavie Trudel, celle-ci serait entrée en communication avec la famille Ménard, dont deux membres sont atteints par le coronavirus. La femme a déclaré: "J’ai vu Chantal Ménard hier soir. Ils sont dévastés. M. Ménard ne va pas bien".

Rappelons que plus tôt cette semaine, Bergeron avait expliqué qu'il ressentait de la fièvre et de la toux, tout en comparant ces symptômes aux effets de la grippe. L'homme pouvait alors se déplacer sans aide.

Enfin, la soeur de la conjointe de Bergeron a affirmé que le gouvernement canadien aurait pu éviter le pire s'il avait agi plus rapidement: "Le 3 février, le Canada aurait tout de suite dû rapatrier les gens".

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Facebook