Nouvelles : L'hiver québécois tel qu'on le connaît disparaîtra d'ici 2050.
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

L'hiver québécois tel qu'on le connaît disparaîtra d'ici 2050.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1 1 Partages

Le futur est de plus en plus inquiétant. En effet, les prévisions des experts quant aux changements climatiques semblent de plus en plus pessimistes et voilà que les choses ne s'améliorent pas du tout alors que l'expert en météorologie Réjean Ouimet affirme que l'hiver tel qu'on le connaît pourrait disparaître d'ici 2050.

Étant donné que la hausse prévue des températures d’ici 2050 est évaluée entre 1,8 ˚C à 4,3 ˚C dans le sud de la province, on peut déjà estimer sans trop se tromper que les probabilités que les hivers à venir soient plus doux sont à 70%.

Réjean Ouimet explique: "Le réchauffement sera plus grand au nord (jusqu'à +10 ˚C en hiver), ce qui signifie que les poussées d’air du nord seront moins intenses que ce que l’on peut encore vivre".

Crédit photo: Capture d'écran MeteoMedia

En d'autres mots, on peut illustrer le phénomène en expliquant qu'en 2050, les probabilités de connaître un hiver froid seront de une sur sept tandis qu'en l'an 2000, ces probabilité se situaient autour d'une sur deux.

Tout indique aussi que les hivers du futur seront moins enneigés. Alors que 1971 à 2000, il tombait en moyenne de 2 à 4 mètres de neige chaque hiver selon les régions du Québec (2 m dans le sud, 4 m dans l’est), on prévoit qu'en 2050, la moyenne se situera autour de 1,2 mètre dans le sud de la province et à 3,5 mètres dans l’est du Québec. 

Crédit photo: Capture d'écran MeteoMedia

À cet effet, Réjean Ouimet poursuit en affirmant: "Concrètement, on perdra deux bordées à Montréal, Québec et Gaspé. Ce qu’on perdra en neige, on le recevra en pluie au cours de l’hiver. À première vue, il s’agit d’une économie en déneigement, mais une dépense supplémentaire en réparation de nids-de-poule et de trottoirs glacés (car la pluie inclut aussi le risque de verglas."

Il faudra aussi se préparer à subir plus de cas de température extrême. Par exemple, alors qu'El Niño frappait le Québec en 2016-2017, les températures avaient été 4,7 ˚C au-dessus de la normale et on avait même enregistré 21 ˚C en date du 24 décembre de la même année.

Crédit photo: Capture d'écran MeteoMedia

Quand on porte attention aux prévisions du spécialiste Réjean Ouimet, c'est troublant de se dire que tout ça est principalement causé par les activités humaines. Souhaitons que le monde entier finisse par comprendre qu'il va falloir agir avant qu'il ne soit trop tard.

Toutefois, en ce qui concerne l'hiver qui s'en vient, les prévisions des spécialistes laissent croire qu'il y aura beaucoup de neige et qu'il fera particulièrement très froid.

Partager sur Facebook
1 1 Partages

Source: MeteoMedia
Crédit Photo: Courtoisie