Nouvelles : L'homme qui lançait du caca sur les gens à Toronto a été arrêté

L'homme qui lançait du caca sur les gens à Toronto a été arrêté

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Après avoir passé une semaine sous la menace d'un mystérieux "lanceur de caca en série" qui souriait en commettant ses crimes, les citoyens de la ville de Toronto peuvent maintenant souffler, car la police a annoncé avoir arrêté le fameux suspect.

Bien que cette nouvelle semble sortie tout droit d'une comédie, c'est bel et bien la police de Toronto qui a annoncé qu'elle était à la recherche d'un homme qui était à l'origine de trois "attaques à la diarrhée" qui avaient eu lieu au cours de la dernière semaine. Dans chacun des cas, l'homme s'en était pris à des gens sans méfiance pour leur lancer un seau de "matière fécale liquéfiée" avant de prendre la fuite.

Un suspect de 23 ans a finalement été arrêté par la police et il s'agit de Samuel Opoku.

Il devrait comparaître au cours de la journée de mercredi.

L'attaque la plus récente avait eu lieu lundi soir à l'extérieur d'un immeuble de l'Université de Toronto, près de la rue College et de l'avenue University. 

La police a expliqué qu'un homme s'était approché d'une femme sur le trottoir pour lui jeter dessus un seau d'excréments et prendre ensuite la fuite. 

L'homme avait été décrit comme étant un homme noir dans la trentaine avec une carrure moyenne qui portait un casque jaune, une chemise bleue et des gants. Il avait laissé derrière lui son seau orange de marque Home Depot qui abritait les excréments. Le "lanceur de caca en série" avait aussi laissé son seau sur les lieux du crime lors des précédentes attaques.

Tout a débuté le 22 novembre lorsqu'un homme a jeté un seau d'excréments sur la tête d'un individu qui était installé à l'intérieur de la bibliothèque Robarts de l'Université de Toronto. La police indique qu'une femme avait aussi été attaquée de la même façon au même endroit.

Un témoin oculaire a dit à une chaîne télévisée locale qu'au début, il ne savait pas ce qu'il y avait dans le seau, mais qu'ensuite, l'odeur de matière fécale à l'état liquide est devenue rapidement perceptible: "L'odeur a frappé comme deux minutes plus tard et c'était une odeur vraiment nauséabonde. Comme sur un chantier de construction avec ces toilettes chimiques, comme une odeur très concentrée de matières fécales".

Selon le témoin, le seau était bien rempli et il pouvait contenir jusqu'à une quantité de 20 litres: "J'ai été vraiment traumatisé, très dégoûté par cet acte très humiliant".

Deux jours plus tard, le lanceur a de nouveau frappé à la bibliothèque de l'Université York.

C'est vers 17 heures qu'un homme est entré dans la bibliothèque avec un seau et qu'il a versé des excréments liquéfiés sur un homme assis à une table avant de s'enfuir. Les caméras de sécurité ont capturé des images du suspect, qui est décrit comme un homme noir avec une carrure moyenne. 

Mais le plus bizarre dans tout cela, c'est qu'en regardant bien les images, le suspect semble afficher un grand sourire au moment d'aller commettre son crime.

Le porte-parole de la police de Toronto, Victor Kwong, avait expliqué que le suspect n'avait rien dit pendant les attaques, tout en ajoutant que la police ne peut pas fournir des conseils sur la façon de se protéger de ce "lanceur de caca en série": "Il n'y a absolument rien que nous puissions dire à ceux et celles qui essaient de faire leurs affaires quotidiennes et qui souhaitent éviter d'être attaqués".

Kwong avait déclaré que les équipes médico-légales procédaient à un examen du contenu qui se trouvait dans le seau de lundi soir afin de déterminer s'il s'agissait effectivement d'excréments.

Enfin, Kwong avait aussi indiqué que les incidents faisaient l'objet d'une enquête en tant qu'agressions, mais qu'ils pourraient aussi relever de la Loi sur la santé mentale selon les circonstances.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Vice · Crédit Photo: Capture d'écran