Nouvelles : La GRC pose des questions douteuses à une victime d'une agression sexuelle et la population est furieuse.

La GRC pose des questions douteuses à une victime d'une agression sexuelle et la population est furieuse.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
284 284 Partages

Une vidéo montrant un interrogatoire de police de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) qui a eu lieu à Kelowna a causé l'indignation de plusieurs internautes suite à sa publication sur Twitter.

La vidéo montre un interrogatoire effectué par un policier alors qu'une adolescente rapporte avoir été agressée sexuellement tandis qu'elle se trouvait dans un refuge de la Colombie-Britannique.

Selon ce qu'a révélé APTN National News, la victime aurait subi un interrogatoire d'une durée de plus de deux heures alors que c'est une personne mineure et qu'elle n'avait aucune personne adulte en sa compagnie afin de la conseiller.

Dans la vidéo, on peut entendre l'enquêteur posait des questions très inappropriées comme: "Étais-tu excitée par tout ça? Même juste un peu?"

Toujours selon APTN, l'agression rapportée par la victime aurait eu lieu en 2012 et l'adolescente a décidé de dénoncer ce qu'elle avait subi après avoir su qu'une enquête en lien avec le refuge avait été ouverte.

La poursuite en question concerne un organisme gouvernemental ainsi que le travailleur social et le responsable du refuge qui avaient interagi avec la victime au moment des faits.

Parmi les nombreux messages d'indignation des internautes, plusieurs personnes ont reproché à l'enquêteur d'avoir posé des questions qui manquaient beaucoup de délicatesse.

À cet effet, la comédienne et militante Patricia Arquette ne s'est pas gênée à suggérer aux forces de l'ordre à fournir un entraînement ou une formation à ses enquêteurs afin qu'ils puissent poser des questions appropriées aux personnes qui sont victimes d'agressions sexuelles.

Pour ajouter au côté troublant de l'histoire, il semblerait que suite à l'interrogatoire, le travailleur social et le responsable du refuge ont nié toutes les accusations à leur égard, affirmant que l'adolescente avait tout inventé, ce qui a fait en sorte que le témoignage de l'adolescente n'aurait même pas été pris en considération pour l'enquête en cours.

Étant donné que les médias se sont emparés de l'histoire, de nouveaux détails devraient surgir dans les prochains jours...

Partager sur Facebook
284 284 Partages

Source: Mtl Blog · Crédit Photo: Courtoisie