Nouvelles : Le chien qui a attaqué 6 personnes à Montréal sera euthanasié.

Le chien qui a attaqué 6 personnes à Montréal sera euthanasié.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,712 1.7k Partages

Un juge a décidé que le chien qui avait attaqué 6 personnes à Montréal-Nord l'été dernier devra être euthanasié.

Dans sa décision de 14 pages rendue ce mardi, le juge Lukasz Granosik a déclaré: "L’offre [du refuge] d’adopter le chien est sans doute intéressante, mais le tribunal [...] ne peut imposer une telle solution aux parties."

Le 18 août 2018, la chienne nommée Shotta avait fait preuve d'un comportement très dangereux en s'en prenant à 4 enfants ainsi qu'à 2 adultes.

La chienne, qui est un bulldog croisé avec 20 % d’ADN de pitbull, avait été confiée ce jour-là à une grand-mère qui était en fait une trafiquante de drogue.

Le juge Granosik a exprimé: "Le chien est saisi immédiatement par la police et confié à la SPCA, où il se trouve depuis ce moment. En cage depuis plusieurs mois et coupé de son environnement et de ses maîtres, son état se détériore, il est gavé d’anxiolytiques et ses activités sont limitées. Il dépérit."

Il faut savoir que le dossier entourant cette affaire avait fait couler beaucoup d'encre étant donné que l'avocate Anne-France Goldwater avait intenté des poursuites judiciaires afin de sauver l'animal.

Un refuge américain, Road to Home Rescue Support, avait tenté de convaincre la cour qu'il s'occuperait du chien, mais les démarches n'ont pas convaincu le juge: "Le tribunal éprouve un malaise de voir une organisation étrangère, ne participant d’aucune façon au processus démocratique montréalais et québécois [...] contester la validité d’un règlement d’une ville du Québec".

La chienne devrait pouvoir encore vivre 30 jours, car il s'agit du délai dont bénéficie l'organisation Road to Home Rescue Support pour faire appel à la décision.

L'avocate Anne-France Golwater déclarait que le règlement municipal devait être en partie invalidé, mais le juge a finalement exprimé en rendant son jugement qu'il considérait que la Ville n'avait pas outrepassé ses pouvoirs avec son règlement tout en déboutant le refuge qui se plaignait que le chien n’avait pas fait l’objet d’une expertise.

Partager sur Facebook
1,712 1.7k Partages

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Courtoisie