Nouvelles : Le gouvernement Legault retire le cours d’éthique et culture religieuse.

Le gouvernement Legault retire le cours d’éthique et culture religieuse.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le cours d’éthique et culture religieuse (ECR) qui avait été mis en place en 2007 par le gouvernement libéral de Jean Charest a été aboli par le gouvernement Legault qui a annoncé qu'un nouveau programme qui reste encore à définir le remplacerait dès la rentrée scolaire 2022-2023.

C'est le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui en a fait l'annonce tout en soulignant que son gouvernement avait jugé que "la place de la religion" était trop importante dans le cours d'ECR.

Dans une entrevue qu'il a accordée à La Presse, le ministre Roberge a déclaré: "On l’abolit pour le remplacer par quelque chose de neuf. Mais comme il va y avoir des éléments du cours actuel qui vont rester, comme l’éthique, la pratique du dialogue, le respect de soi et des autres, la lutte contre les stéréotypes. On appelle ça une réforme en profondeur".

Bien qu'on ignore encore quel sera le contenu du cours qui remplacera celui d'ECR, le ministre Roberge était au moins certain d'un détail en particulier: "Je ne sais pas comment s’appellera [le nouveau cours], mais je sais qu’il ne s’appellera pas Éthique et culture religieuse".

Le cours d'ECR s'était retrouvé dans la mire du PQ qui avait vivement critiquement celui-ci en mettant notamment de l'avant le fait que ce cours propageait des stéréotypes et des dogmes religieux.

Selon le ministre Roberge, 8 points ont été identifiés en ce qui concerne le cours qui remplacera celui d'ECR et il s'agit de la participation citoyenne et la démocratie, de l’éducation juridique, de l’écocitoyenneté, de l’éducation à la sexualité, du développement de soi et des relations interpersonnelles, de l’éthique, de la citoyenneté numérique et de la culture des sociétés.

Enfin, la religion devrait toujours occuper une place dans ce cours, mais le ministre Roberge a bien précisé qu'elle serait enseignée dans un autre contexte: "Il faudra un espace beaucoup plus petit que celui que l’on a actuellement, mais un espace quand même. [...] Si on veut comprendre la carte géopolitique du monde, la religion est un élément qui permet de comprendre les actions de certains pays".

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse · Crédit Photo: Facebook