Nouvelles : Le nouveau coronavirus peut survivre dans les toilettes, affirment des chercheurs

Le nouveau coronavirus peut survivre dans les toilettes, affirment des chercheurs

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une étude publiée mercredi a clairement démontré la nécessité de nettoyer régulièrement les surfaces comme les lavabos et les cuvettes, afin de prévenir la propagation du coronavirus. 

L'étude publiée dans la revue américaine JAMA a notamment révélé que le virus ne survivait pas à un nettoyage des surfaces contaminées à l'aide d'un désinfectant d'usage courant deux fois par jour.

Ce sont des chercheurs du Centre national des maladies infectieuses de Singapour et du DSO National Laboratories qui ont mené l'étude en se penchant sur les cas de contamination dans certains hôpitaux chinois, et ce, dans le but d'étudier l'hypothèse qu'au-delà de la toux, la contamination environnementale était un facteur important dans la transmission de la maladie.

Ainsi, les chambres de trois patients gardés en isolement ont été examinées de la fin janvier à début février et tandis qu'une des chambres a été testée avant son nettoyage de routine, les deux autres ont été analysées après des mesures de désinfection.

Le patient de la première chambre montrait des symptômes beaucoup plus bénins que les patients des deux autres chambres, or l'étude a démontré qu'il avait contaminé 13 des 15 surfaces analysées par les chercheurs, incluant sa chaise, son lit, sa fenêtre et le sol. 3 des 5 surfaces qui ont été testées dans la salle de bain ont aussi été contaminées et tout indique que les selles pourraient être une voie de transmission.

Bien que les échantillons d'air aient révélé des résultats négatifs, les prélèvements effectués sur ses grilles d'aération sont revenus positifs.

Quant aux deux autres chambres qui avaient été nettoyées avant d'être testées, l'étude indique qu'elles ne montraient aucun signe du virus.

Les résultats obtenus par cette recherche ont fait dire aux chercheurs que l'environnement était "un moyen de transmission potentiel" et qu'une "stricte adhésion à des mesures d'hygiène de l'environnement et des mains" était prioritaire.

Rappelons enfin que mercredi, l'Organisation mondiale de la santé a révélé que le taux de mortalité lié au coronavirus était de 3,4%, tout en précisant que ce taux pourrait être révisé.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: France 24 · Crédit Photo: Adobe Stock