Nouvelles : Le Québec fait partie des provinces les moins pauvres au pays.

Le Québec fait partie des provinces les moins pauvres au pays.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles

Une nouvelle étude de Statistique Canada a révélé lundi que le taux de pauvreté au Québec serait l'un des plus faibles au pays.

Les chercheurs doivent se baser sur de nombreuses données afin d'établir le taux de pauvreté et pour ce faire, ils doivent tout d'abord arriver à déterminer la mesure du panier de consommation, soit la capacité d'une personne à pouvoir se payer un ensemble de biens et services minimaux, allant de la nourriture au logis.

On estime que le taux de pauvreté pour l'ensemble du pays se situait à 11% pour l'année 2018 et seules deux provinces du Canada sont parvenues à se placer sous la barre des 10%. 

Alors que le Québec affiche un taux de 9,7%, ce qui signifie que 812 000 Québécois rencontrent des difficultés à payer le minimum afin d'arriver à survivre, l'Alberta s'en sort avec un taux de 9.4%.

C'est malheureusement la Nouvelle-Écosse qui s'en sort avec les résultats les plus inquiétants, soit un taux de 13,3%.

Mais ces résultats en pourcentage prennent un tout autre sens lorsqu'on les traduit en chiffres, car en partant du fait que le taux pour l'ensemble du pays est de 11%, cela signifie donc que 4 millions de Canadiens doivent lutter pour avoir droit au strict minimum, et ainsi, cela comprend 748 000 enfants.

Si en 2008, le taux de pauvreté était de 8,7% au Canada et de 7,9% au Québec, c'est en raison de la valeur du panier de consommation qui a subi une hausse considérable lors de sa dernière mise à jour. 

D'ailleurs, selon Statistique Canada, les mêmes chiffres indiquent quand même que 1 million de personnes sont sorties de la pauvreté entre 2015 et 2018. 

Mais le porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Serge Petitclerc, ne cache qu'il juge les résultats de cette nouvelle étude comme étant très décevants. Dans un communiqué, le porte-parole a déclaré: "La "couverture des besoins de base" ne saurait être synonyme de "sortie de pauvreté". [...] Combler ses besoins de base, ce n’est pas encore être sorti de la pauvreté, mais plutôt marcher constamment sur un fil tendu pour éviter de se retrouver en déficit humain".

Source: Journal de Montréal · Crédit Photo: Capture d'écran