Nouvelles : Les 15 prochains jours seront pires que les 15 derniers, alerte Édouard Philippe

Les 15 prochains jours seront pires que les 15 derniers, alerte Édouard Philippe

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le Premier ministre Édouard Philippe a décidé de répondre ce samedi aux questions des Français en compagnie du ministre de la Santé, Olivier Véran, dans le but de faire le point sur la stratégie française pour lutter contre la propagation du coronavirus.

C'est en écoutant le point presse d'Édouard Philippe et d'Olivier Véran qu'on en a appris davantage sur l'évolution de la crise sanitaire. Alors qu'au moment d'écrire ces lignes, la France compte 32 694 cas confirmés de coronavirus, dont 1995 décès, le Premier ministre a tenu à répondre aux questions des Français. Il n'a pas caché qu'on est encore qu'au début de cette crise. «Le combat ne fait que commencer. Les quinze premiers jours d'avril seront difficiles, encore plus difficiles que les quinze jours qui viennent de s'écouler».

Le Premier ministre a expliqué vouloir agir dans la transparence la plus totale avec les Français. «J'ai souhaité venir devant vous pour expliquer le plus complètement possible et le plus clairement possible quelles étaient soit notre stratégie, nos contraintes. Je veux vous dire ce que nous savons et ce que nous ne savons pas. Ce que nous préparons, ce que nous réussissons. Et ce qui nous inquiète (...) Je veux parler clair aux Français. Je ne souhaite pas fermer le débat. Les questions sont toujours légitimes et les propositions souvent utiles».

Par la suite, le Premier ministre a passé la parole à Karine Lacombe, cheffe de service en maladies infectieuses de l'hôpital Saint-Antoine de Paris, qui est revenue sur les dangers de cette maladie. «Le virus est dangereux pour trois raisons. D'abord, il est très contagieux, donc on estime que chaque personne infectée peut contaminer à peu près entre 2 et 3 autres. Il est beaucoup plus contagieux que la grippe. En particulier parce que pour la grippe, il y a déjà des défenses immunitaires qui persistent d'une année sur l'autre. On a aussi un vaccin. C'est également un virus qui est contagieux, avant qu'il soit symptomatique. C'est la raison pour laquelle il est très difficile d'isoler les personnes infectées avant qu'elles ne puissent contaminer d'autres personnes. Et puis, on ne connait pas vraiment à ce jour le taux de mortalité parce qu'on ne connait pas le cas de personnes qui n'ont pas de symptômes». 

Rappelons qu'en plus des 32 694 cas confirmés de coronavirus et des 1995 décès, 3 787 personnes se trouvent actuellement en réanimation.

Partager sur Facebook
0 0 Partages