Nouvelles : Les Belges veulent supprimer l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Les Belges veulent supprimer l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir

Et ils invitent toute la Francophonie à les suivre!

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
3 3 Partages

La fédération Wallonie-Bruxelles souhaite abolir l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir. 

« L’incohérence des règles traditionnelles empêche [les enseignants] de donner du sens à leur enseignement. Le temps moyen consacré aux règles actuelles est de 80 heures, pour atteindre un niveau dont tout le monde se plaint. Il serait tellement plus riche de le consacrer à développer du vocabulaire, apprendre la syntaxe, goûter la littérature, comprendre la morphologie ou explorer l’étymologie, bref, à apprendre à nos enfants tout ce qui permet de maîtriser la langue plutôt qu’à faire retenir les parties les plus arbitraires de son code graphique », expliquent-ils dans une tribune publiée par Libération. 

La règle de l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir stipule que, le participe s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct uniquement quand celui-ci le précède. 

« Pourquoi l’esprit critique s’arrête-t-il au seuil de l’orthographe ? Parce tout le monde a appris à ne plus se demander pourquoi. », écrivent-ils.

Mais la fédération Wallonie-Bruxelles propose une toute nouvelle règle: abolir l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir. 

« Voici donc la nouvelle règle sur laquelle s’appuyer : "Le participe passé, avec l’auxiliaire être, s’accorde comme un adjectif (c’est-à-dire avec le mot auquel il se rapporte). Avec l’auxiliaire avoir, il ne s’accorde pas." », écrivent-ils. 

« Les linguistes vous le diront : l’orthographe n’est pas la langue, mais l’outil graphique qui permet de transmettre, de retranscrire la langue, comme les partitions servent la musique. Puisque les langues évoluent, leur code graphique devrait en faire autant, ce qu’il n’a cessé de faire en français. Il serait absurde de croire que notre orthographe aurait atteint un degré de perfection intangible. Cela reviendrait à la considérer comme morte », ajoutent-ils. 

« Osons l’affirmer : les règles d’accord du participe passé actuelles sont obsolètes et compliquées jusqu’à l’absurde. »

Qu'en pensez-vous? Devrait-on cesser l'accord du participe passé avec l'auxiliaire avoir?

La nouvelle a créé deux camps : ceux qui optent pour un changement afin de simplifier l'écriture et ceux qui sont contre pour préserver cette règle. Bien sûr, il existe un troisième camp, ceux qui sont complètement indifférents. Dans tous les cas, la nouvelle fait réagir et plusieurs attendent avec impatience de savoir s'il ne s'agit que d'une lettre ou si de véritables changements seront appliqués. 

Partager sur Facebook
3 3 Partages

Source: Libération · Crédit Photo: Adobe Stock