Nouvelles : “Maintenant, plus que jamais, nous avons besoin de veiller les uns pour les autres.”

“Maintenant, plus que jamais, nous avons besoin de veiller les uns pour les autres.”

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que la crise entourant la COVID-19 fait parfois ressortir ce qu'il y a de plus laid chez plusieurs personnes, le contraire est heureusement vrai aussi. Voici donc le récit d'Adam Lucas, un jeune homme qui avait des mots de sagesse à partager aux internautes.

"Le coronavirus est une idée très abstraite pour moi. Je ne sais pas encore ce que cela signifie pour moi, même si je sais qu’il a inspiré beaucoup de peur et de confusion pour beaucoup de gens. Je pense, en fin de compte, que c’est ce qui a causé cette pénurie de produits dans tant d’endroits à travers le pays à l’heure actuelle. 

Le jour où cela s’est produit, je m’étais arrêté à CVS (pharmacie américaine) pour aller chercher une ordonnance et d’autres articles au hasard. Je ne pensais pas beaucoup au virus ou à la ruée vers les magasins. Honnêtement, j’avais évité les nouvelles autant que je pouvais parce que ça devenait un peu écrasant et stressant, donc je n’avais pas réalisé la gravité de ce qui se passait encore.

Quand l’homme est entré, il était assez clair qu'il avait passé une journée difficile. Il avait l’air épuisé. Il a demandé si la caissière savait s’ils avaient du papier hygiénique pour lui et sa femme malade et le pauvre homme avait l’air d’être au bord des larmes. Je me sentais si mal pour lui. La caissière lui a dit que, malheureusement, ils ne seraient pas en mesure de lui en fournir avant la semaine prochaine. 

L’homme a soupiré et nous a regardé tous les deux en nous expliquant qu'il n'en trouvait plus nulle part. Je n’avais pas pensé aux effets d’entraînement de tout cela jusque-là. 

Comme il avait l’air inquiet, j’ai demandé à la caissière de tenir mes articles pour moi et puis j'ai dit à l’homme que s’il le voulait, je serais plus qu’heureux d'effectuer quelques courses pour lui. 

Je lui ai demandé où il avait déjà vérifié aujourd’hui, et il m'a finalement dit qu’il serait très reconnaissant s’il pouvait ramener sa femme à la maison au lieu de continuer à se promener un peu partout. Il m'a expliqué que sa femme se reposait dans la voiture et j’ai proposé de le ramener à sa voiture pour qu’il puisse prendre mes informations. Quand nous sommes arrivés à sa voiture, je lui ai donné mon numéro de téléphone et il m'a écrit son adresse. Sa femme attendait avec un réservoir d’oxygène dans la voiture. Il lui avait fallu si longtemps pour se rendre au comptoir de la porte et pour retourner à sa voiture, je pouvais imaginer le genre de journée qu'il avait traversée. J’ai gardé son adresse sur mon téléphone et je lui ai dit que je serais plus qu’heureux de ramasser tout ce dont ils avaient besoin, mais il a dit que pour l’instant, ils n’avaient besoin de rien d’autre.

J’ai dit à l'homme que je serais heureux de lui laisser ses articles à sa porte, car je ne voulais pas le mettre mal à l’aise ou qu'il se sente en danger. Il m'a dit de sonner à sa porte et il a essayé de me donner un billet de 20 $, que j’ai refusé. Il a insisté à quelques reprises, mais je lui ai dit que ce serait mon plaisir de m’assurer qu’ils aient trouvé ce qu’ils cherchaient. Il m’a encore remercié, et j’ai mis sa marchette dans son véhicule pour lui. Je suis retourné et j'ai payé pour mes affaires à CVS, puis j'ai continué à chercher du papier hygiénique. Je ne pensais pas que ça me prendrait aussi longtemps que ça. J’ai pensé qu’un voyage au Walmart ferait l’affaire. J'ai finalement dû faire quatre arrêts en une heure pour en retrouver. J’ai acheté un jumbo pack pour moi-même et deux pour eux.

Je me suis arrêté à la maison du vieil homme et de sa femme et par la suite et j'ai sonné à sa porte. Il n’a pas répondu, alors j’ai sonné à sa porte plusieurs fois. Pas de réponse là non plus, alors j’ai laissé le papier hygiénique dans un sac suspendu à leur porte et j'ai appelé l’homme à nouveau pour lui laisser un message vocal lui disant que je m’étais arrêté et qu'il était le bienvenu pour me donner un autre appel s’il avait besoin de quoi que ce soit d’autre. Environ deux heures plus tard, il m’a appelé et m’a remercié pour l’aide. Il a dit que sa femme et lui s’étaient endormis quand ils sont rentrés de la longue journée. J’ai fait en sorte de lui rappeler à nouveau que tout ce dont il avait besoin, je serais heureux de courir au magasin pour aller lui déposer comme je l’avais fait. J’ai perdu le compte du nombre de fois où il m'a dit merci.

Hier, il m’a rappelé et il m’a dit qu’il ne pensait pas que lui et sa femme devraient quitter la maison et m’a demandé si ça ne me dérangerait pas de ramasser certaines choses la prochaine fois que j'irai au magasin. Il ne voulait pas que je fasse un voyage spécial, mais je lui ai dit que ce n’était pas une grosse affaire du tout, et que je serais heureux de le faire. J’ai pris en note les articles dont il avait besoin, la plupart du temps de l’épicerie, et je n'ai eu aucun problème à trouver tout ce dont ils avaient besoin. 

J’espère que mon histoire rappellera à tout le monde à quel point un simple geste peut avoir un impact. Je sais que cet homme peut se reposer un peu plus efficacement en sachant que quelqu’un s’occupe de certaines choses pour lui. Je lui ai dit que je continuerais à être disponible s’ils avaient besoin de quelque chose. 

Maintenant, plus que jamais, nous devons nous occuper les uns des autres, en particulier ceux qui ont déjà du mal à se procurer les choses dont ils ont besoin pour passer la journée. Tout l’amour et la gentillesse que j’ai reçus à cause de cela me rappellent vraiment que la gentillesse simple peut vraiment changer le monde. Je vais continuer à avancer à travers la vie de cette façon, et si j'ai pu inspirer d'autres personnes en partageant mon histoire, alors je saurai que lorsque je quitterai ce monde, j'en aurai fait quelque chose de mieux que lorsque j'y suis arrivé.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Love That Matters · Crédit Photo: Capture d'écran