Nouvelles : MÉTÉO: De très mauvaises nouvelles à propos du printemps à venir...
Qu'en pensez-vous? Laissez votre commentaire ici.  

MÉTÉO: De très mauvaises nouvelles à propos du printemps à venir...

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2,815 2.8k Partages

On ne fera pas trop durer le suspense, mais bon... le printemps risque d'être médiocre.

En effet, selon les spécialistes de la météorologie, il semblerait que lorsqu'on doit traverser un hiver rude comme celui dans lequel nous sommes actuellement plongés, la tendance indique généralement un printemps très moche à venir.

C'est en tout cas l'avis de Réjean Ouimet, spécialiste et analyste à MétéoMédia, qui déclare: "Parmi nos six hivers les plus froids de l’histoire dans le sud du Québec, les printemps ont été systématiquement plus frais que la normale."

Crédit photo: Capture d'écran MétéoMedia

Pour arriver à de telles conclusions, l'analyste s'est basé sur les hivers de 1904, 1905, 1918, 1934, 1994 et 1993. Comme ces hivers sont reconnus pour avoir été très difficiles, on peut clairement établir une relation entre les hivers froids et les printemps frais. Réjean Ouimet poursuit en affirmant: "Pour la métropole, parmi les hivers marqués par un plus grand nombre de journées froides (moins de -20 ˚C), on en compte 17 et un seul printemps sur le lot n’a pas été frais."

Crédit photo: Capture d'écran MétéoMedia

À quoi faudra-t-il s'attendre donc?

Tout d'abord, le printemps à venir s'annonce très frais et pour couronner le tout, on devrait avoir droit à beaucoup de pluie: "Un hiver froid peut commencer doucement, mais le scénario idéal, c’est le froid qui vole la vedette au coeur de la saison ou en deuxième moitié. D’où la possibilité de voir le froid se maintenir une partie du printemps. De fait, la majorité des printemps frais le sont en mars et avril avec un relâchement du froid en fin de saison en mai."

Crédit photo: Capture d'écran MétéoMedia

Enfin, Réjean Ouimet conclut en expliquant: "Depuis les années 2000, il y a une tendance vers des printemps frais à la suite des hivers doux pour la plupart des régions. C’est moins évident pour Montréal. Il faut dire que les hivers froids l’ont été avec retenue. Souvent, on se contente d’une période de froid plus ou moins longue qui donne la couleur à l’hiver. Dans ce cas, le résultat est moins automatique pour le printemps qui suit."

Partager sur Facebook
2,815 2.8k Partages

Source: Meteomedia
Crédit Photo: Courtoisie