Nouvelles : “Mon fils est un héroïnomane sans-abri. Je ne sais pas s'il est toujours vivant”.

“Mon fils est un héroïnomane sans-abri. Je ne sais pas s'il est toujours vivant”.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles

Kerry McDonald a vécu l'un des pires cauchemars qu'une mère puisse vivre. 

Dans les prochaines minutes, vous découvrirez le destin déchirant de son fils qui a plongé dans l'enfer de la drogue, mais aussi, celui d'une mère qui doit vivre au quotidien avec la crainte de ne plus jamais revoir son fils.

Voici donc le récit de Kerry:

"Je sais. C'était juste une petite conversation. Ça ne devrait même pas avoir d'importance, et ça ne devrait certainement pas me garder éveillée à 3 heures du matin. Mais je ne peux pas m'en empêcher. La réalité, c'est que les petits discussions peuvent vraiment dévoiler tous les démons que nous cachons d'une manière plus générale sur une base quotidienne. En d'autres termes, une discussion peut sembler bien banale, mais les sentiments qui en découlent ne le sont sûrement pas.

La semaine dernière, alors que je me faisais manucurer les ongles en prévision des vacances de Thanksgiving, j'ai rencontré une vieille amie nommée Shelly. Je ne l'avais pas vue depuis 18 ans. La dernière fois que je l'avais vue, elle était enceinte de son troisième enfant qui allait bientôt naître.

Ses yeux lui ont presque sorti de la tête en me voyant: "Kerry, est-ce TOIIII?"

 Je suis une personne assez timide pour commencer. J'ai affiché ce que j'espérais être un sourire chaleureux tandis qu'elle s'installai à côté de moi pour une discussion. Je n'ai pas eu le choix. Elle m'a demandé ce que je faisais dans la vie, si j'étais encore mariée à mon mari Bill, et si j'étais heureuse dans notre mariage, des questions que j'ai trouvées un peu envahissantes (Heureusement, nous n'avons pas de problèmes conjugaux, mais nous aurions très bien pu en avoir. Et qui veut discuter de cela dans un endroit public comme ça?)

Je lui ai dit que je travaillais dans l'immobilier. Oui, nous sommes mariés. Oui, nous sommes heureux. Elle n'arrêtait pas de me poser des questions inconfortables malgré mon malaise visible. "Alors, comment va la vie sexuelle ? Vous buvez encore trop? Vous avez pris un peu de poids?"  La conversation n'a fait qu'empirer à partir de là.

Elle a commencé à poser des questions sur mon enfant. "Que font tes enfants en  ce moment?" Avant même que je puisse répondre, elle a continué à se vanter de la façon dont l'un de ses fils était un avocat, un autre étudiait à Yale, et le troisième était sur la liste d'honneur de l'école secondaire pour la deuxième année consécutive. "N'est-ce pas tout simplement merveilleux?" Soudain, j'ai eu l'impression qu'elle essayait de me faire un coup.

Je l'ai félicitée pour les succès de ses enfants. Vraiment, j'étais heureuse pour elle. Mais sa question suivante m'a fait l'effet d'un coup de couteau. "Alors, comment va ton fils ? Est-il enfin cette star de la télévision qu'il voulait être?" Sa question m'a fait figer. J'ai complètement gelé. La moitié de mon cerveau voulait mentir, l'autre moitié voulait dire "Honte à toi".

Mon fils a disparu depuis près de 2 ans. Sa dépendance aux opioïdes a commencé quelques mois auparavant. Je ne me souviens même pas de la dernière fois qu'il a parlé d'une carrière d'acteur. La dernière chose que je l'ai entendu dire qu'il voulait dans la vie était de "ne pas mourir". C'était la veille qu'on ait prévu qu'il parte en désintox. Il a disparu du jour au lendemain par peur. On ne l'a pas revu pendant 2 mois.

Quand je l'ai revu, il tremblait sur le sol sous un banc de parc. Il ne m'a même pas regardé quand je l'ai croisé. Étais-je une étrangère aux yeux de mon petit garçon maintenant? Ne pouvait-il pas me reconnaître? Mais je pouvais le voir. Mon gentil garçon aux beaux yeux perçants. Maintenant, ils étaient ternes. Je pouvais voir la douleur à travers eux. Ce n'était pas mon fils.

Je n'oublierai jamais le tremblement dans sa voix quand il a appelé cette nuit-là. J'ai répondu immédiatement, en espérant que c'était lui. Une mère sans enfant est toujours alerte. Maman, peux-tu venir me chercher ? Je ne sais pas où je suis. S'il vous plaît aide-moi. Le désespoir dans sa voix a failli me tuer. Il a fallu 4 heures à la police pour le retrouver à partir de sa vague description d'une statue. Il était  à un cheveu de mourir en raison d'une mauvaise dose d'héroïne. Je l'ai emmené à l'hôpital, puis à la maison avec moi. Il était reparti au lever du soleil. Comment pourrais-je ne pas l'entendre sortir de la maison?

Alors, nous voilà au milieu d'un salon de manucure. La question résonne dans ma tête: "Comment va votre fils?" La moitié de mon cerveau voulait mentir, l'autre moitié voulait dire "Honte à toi". Je n'ai fait ni l'un ni l'autre. J'ai dit la vérité et je ne pense pas qu'elle était prête pour ça.

"Mon fils est un héroïnomane sans abri et il a disparu depuis 2 ans. Je ne sais pas s'il est mort ou vivant".

Silence.

"Maintenant, s'il vous plaît. Je voudrais me faire faire les ongles en paix".

Silence.

Elle a pivoté vers la gauche, s'est levée, s'est retournée pour me faire face comme si elle avait quelque chose à dire, elle a fermé la bouche, et est allée s'asseoir dans la salle d'attente. J'ai quitté le salon avec des yeux rouges remplis de larmes et des ongles orange rouillés. Je ne verrai pas mon fils pour Thanksgiving, mais une mère ne peut qu'espérer. À ceux qui lisent, s'il vous plaît vive votre vie avec bonté, conscience et compassion.

Jusqu'à ce qu'on se revoit, mon doux fils. Je t'aime."

Source: Love That Matters · Crédit Photo: Capture d'écran