Nouvelles : “Ne vous occupez pas de mon vagin”

“Ne vous occupez pas de mon vagin”

Des blagues qui peuvent faire beaucoup de mal.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
56 56 Partages

Parfois, les gens se mettent à la place de certaines femmes surtout lorsque la conversation tourne autour du fait d'avoir des enfants. Des petites blagues de mauvais goût fusent et elles font parfois beaucoup de mal. Une femme a décidé d'expliquer pourquoi il faut que les gens s'occupent de leurs propres vies avant de se soucier de celles des autres.

C'est sur le blog de Nadirah Angail qu'on a découvert trois anecdotes sur trois femmes différentes qui vont profondément vous bouleverser. En effet, elles parlent toutes des réflexions qu'elles ont eues par rapport à leurs vies de famille respectives et cela fait froid dans le dos. La première histoire concerne une femme de 30 ans qui n'a pas encore d'enfant. Une personne lui dit: "alors pas encore d'enfant? Il faut se dépêcher l'horloge tourne". La femme lui répond de manière assez sèche qu'elle n'en a pas encore. Mais ce qu'elle ne lui dit pas c'est qu'elle a fait plusieurs fausses couches et qu'elle a des problèmes de fertilité.

La seconde histoire concerne une femme de 34 ans qui a cinq enfants. Une personne la croise et lui dit qu'elle espère qu'elle ne va pas en avoir d'autres. C'est censé être une blague, mais difficile de bien le prendre lorsqu'on est enceinte d'un cinquième enfant et que tout ce qu'on veut c'est une famille nombreuse. Aujourd'hui, c'est plutôt mal vu d'avoir un peu trop d'enfants, les gens ont l'impression qu'il s'agit d'un coup de malchance du destin alors que souvent il s'agit d'un choix de vie.

La troisième histoire concerne une femme de 40 ans qui a un seul enfant. Elle croise une personne qui lui demande pourquoi elle a un seulement enfant. Elle lui répond qu'elle se sent très bien avec un seul enfant, mais la vérité est toute autre. En effet, cette femme a eu beaucoup de mal à avoir un enfant et elle ne pourra sans doute ne jamais en mettre un deuxième au monde. 

La morale de chacune de ces trois histoires est la même: si vous ne connaissez pas une personne, ne lui faites pas des remarques sur son état familial sans la connaître parce que cela peut être très blessant. En d'autres termes, mêlez-vous de vos affaires.

Partager sur Facebook
56 56 Partages

Source: Nadirah Angail · Crédit Photo: Unsplash