Nouvelles : Nous somme «de facto dans un état de guerre», déclare le maire de New York

Nous somme «de facto dans un état de guerre», déclare le maire de New York

Le maire de New York, Bill de Blasio, avait l'air très inquiet en point de presse.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Le maire de New York, Bill de Blasio, a fait un point de presse vendredi matin pour expliquer la situation suite à l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani, ainsi que son premier lieutenant irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, sur l'ordre du président Donald Trump.

« Nous avons affaire à une réalité à laquelle nous n'avons jamais été confrontés auparavant et c'est très important que tout le monde le comprenne », a déclaré d'emblée Bill de Blasio, en point de presse, vendredi. 

Bill de Blasio a assuré qu'il avait pleinement confiance en les autorités compétentes pour assurer la sécurité des américains. 

« Je crois qu'il est important que les New Yorkais comprennent que nous sommes maintenant potentiellement confrontés à une menace différente et plus grande que tout ce à quoi nous avons été confrontés auparavant » a-t-il martelé, ajoutant que « Notre monde a changé hier soir ». 

Bill de Blasio a dit que personne ne pouvait prédire l'issue de ce conflit et que l'on pourrait devoir attendre des jours, des semaines voire des années avant d'en comprendre les impacts. 

« Nous n'avons jamais été confrontés au cours des dernières décennies à la possibilité d'une guerre avec un gouvernement d'un grand pays avec un réseau terroriste », a-t-il poursuivi. « Nous sommes entrés dans une nouvelle réalité et nous devons être prêts. »

Bill de Blasio a dit que tout un chacun a un rôle à jouer dans un avenir rapproché afin de déjouer les actes potentiels de terrorisme en sol américain. 

« Si vous voyez quelque chose, dites-le », a-t-il martelé, en expliquant que les New Yorkais peuvent sauver des vies s'ils parlent. 

Les autorités ont toutefois précisé qu'il n'y a aucune menace sérieuse et immédiate. 

« Nous devons supposer que cette action nous place de facto dans un état de guerre. Et cela ne peut être fait qu'en vertu des lois [...] maintenant, le potentiel d'aller en guerre est beaucoup plus grand que tout ce à quoi nous avons été confrontés. Ce n'est pas l'Irak. Ce n'est pas le Panama. C'est quelque chose de beaucoup plus dangereux », a déclaré Bill de Blasio.

« Nous ne devons pas faire la guerre à l'Iran. C'est extrêmement dangereux pour le peuple américain », a-t-il poursuivi. 

« L'État islamique était horrible. Al-Qaida était horrible. Ils n'avaient pas de pays et une ancienne armée les soutenant. [...] Il n'y a rien de tel », a-t-il ajouté. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Twitter · Crédit Photo: Twitter