Nouvelles : Pompiers pris pour cibles à Strasbourg: ils «sont en train de craquer»

Pompiers pris pour cibles à Strasbourg: ils «sont en train de craquer»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

La nuit du Nouvel An a été très violente à Strasbourg, en France. Près de 220 véhicules ont été incendiés dans la région et les pompiers ont réellement eu peur pour leur vie, d'après le président du Service départemental d’incendie et de secours du Bas-Rhin, Thierry Carbiener, qui a répondu aux questions de 20 Minutes. 

« Inadmissible ! Insupportable ! Guet-apens tendu à nos sapeurs-pompiers en mission d’extinction de voitures en feu, cette nuit, dans certains quartiers de l’Eurométropole », a dénoncé Thierry Carbiener sur Facebook. « Pompiers blessés et choqués comme on ne l’imagine pas. Un vrai problème grave que cette atmosphère tendue de guérilla urbaine croissante, ultra-violente, en bandes organisées. Congratulations pour le courage sans nom de nos intervenants dévoués, mais là vraiment, en danger. Inacceptable, insoutenable. Mesures à prendre. »

Selon lui, le moral des pompiers est atteint. 

« J’étais sur place cette nuit-là et ils ont affronté une situation très dangereuse », a-t-il raconté à 20 Minutes. « Ils ont eu très peur. Ils sont tombés dans des guets-apens tendus avec des jets de pierres, de projectiles… Un équipage a même subi une tentative de lynchage. Une bande de jeunes s’en est même prise à eux à coups de chaînes et de barres à mine en essayant d’ouvrir le camion. Heureusement, le conducteur a pu reculer et s’échapper. L’un a des points de sutures. Psychologiquement pour eux, c’est très dur. On devient pompier pour aider la population, pas pour se faire agresser. »

Thierry Carbiener a ajouté que les pompiers sont « devenus des cibles » au quotidien. Au début du mois de décembre, les autorités ont remarqué une hausse des incivilités. 

« Habituellement, c’est quand même plutôt le matériel qui est visé. Sauf que cette nuit de réveillon, on s’en est pris à la vie des pompiers et certains sont en train de craquer », a-t-il poursuivi. 

Des services psychologiques sont offert aux pompiers, mais aussi des médecins, des infirmiers et des pharmaciens. Malheureusement, certains pompiers ont tellement peur qu'ils ne veulent plus intervenir dans certains secteurs. 

« Mais nous devons poursuivre notre mission de service public malgré tout », a continué Thierry Carbiener. « La police nous accompagne déjà sur certaines interventions. Nous expérimentons aussi de faire venir un commissaire de police et un officier pompier sur les interventions sensibles pour gérer la situation au mieux. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: 20 minutes · Crédit Photo: Capture d'écran