Nouvelles : Pour Isabelle Balkany la justice a «mis gravement la vie de son mari en danger»

Pour Isabelle Balkany la justice a «mis gravement la vie de son mari en danger»

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles

Alors que les fêtes de fin d'années sont à notre porte, Isabelle Balkany risque d'en passer de très mauvaises si l'on en juge son interview sur BFM TV de dimanche dernier où elle a notamment affirmé que la justice a «mis gravement la vie de son mari en danger».

C'est BFM TV qui rapporte cette nouvelle qui risque de faire couler beaucoup d'encre aux quatre coins du pays. En effet, ce dimanche, Isabelle Balkany a décidé de s'exprimer sur le sort réservé à son mari lors d'un interview sur BFM TV avec Apolline de Malherbe. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'a pas été tendre avec la justice française. En effet, elle considère que cette dernière a  «mis gravement la vie de son mari en danger». Elle garde en travers de la gorge la manière dont il a été traité. Rappelons qu'il a été hospitalisé le 12 décembre dernier.

Elle a ensuite justifié ses propos en expliquant que «cela ne s'était jamais vu une mise sous dépôt immédiate pour un procès pour fraude fiscale». Si Apolline de Malherbe lui répond que cela «ne peut pas tuer un homme», elle lui répond que «quand il s'agit d'un monsieur de 71 ans qui trois semaines avant a été hospitalisé d'urgence à Pompidou qu'on a été obligé de mettre sous morphine parce qu'il a eu une tumeur à la colonne vertébrale alors oui, ça peut tuer un homme».

Rappelons que Patrick Balkany avait été condamné l'automne dernier à 4 ans de prison ferme pour fraude fiscale et à 5 ans de prison ferme pour blanchiment.

Enfin, elle a tenu à rappeler son innocence concernant les accusations dont ils ont été victimes. «Je tiens à rappeler quelque chose qui nous tient à coeur à tous les deux parce que c'est notre dignité, parce que c'est notre honneur et parce que c'est notre fierté. Dans toute cette affaire et contrairement à ce qui a été dit (...) Il n'y a pas un centime d'argent public, il n'y a pas un centime de corruption, il n'y a pas un centime de prise illégale d'intérêt. Je le rappelle, il s'agit simplement de biens personnels, d'un patrimoine personnel et familial. Alors certes nous avons une faute (...) Il s'agit d'une infraction que nous avons faite vis-à-vis du fisc».

Source: BFM TV · Crédit Photo: Capture d'écran Twitter