Nouvelles : Triple meurtre à Pointe-Aux-Trembles: le père avait changé après un accident de travail

Triple meurtre à Pointe-Aux-Trembles: le père avait changé après un accident de travail

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Dahia Khellaf, une mère de 42 ans, et ses deux fils de 2 ans et 4 ans, ont été tués et leurs corps ont été retrouvés à Pointe-Aux-Trembles, dans l'est de Montréal, mercredi. Selon La Presse, les trois victimes ont été étranglées et leurs corps se trouvaient sur un lit. Tout porte à croire qu'il s'agit d'un triple meurtre commis par le père de la famille, Nabil Yssaad, qui s'est suicidé la veille. 

Nabil Yssaad, un homme de 46 ans, a sauté du haut du sixième étage du Centre hospitalier de Lanaudière (CHDL), près de Joliette. Quand la police s'est rendue au domicile de Dahia Khellaf pour annoncer la mort de son ex-mari, c'est là que les agents ont réalisé que la famille avait été tuée. 

« La mère et les garçons avaient l’air heureux. Le père, il avait un tempérament distant. Il lui arrivait d’insulter des voisins, dont mon père. Ça détonnait avec le quartier, car tout le monde ici se parle et s’entend bien avec les autres. », a raconté Ilyass Oudadsse, le voisin immédiat de Dahia Khellaf, à La Presse. 

Dahia Khellaf et Nabil Yssaad étaient tous les deux originaires d'Algérie. Ils se sont mariés en 2012. Il s'agissait qu'un mariage arrangé par la famille, même s'ils étaient installés au Québec. En 2016, un accident de travail a changé Nabil, selon Dahia qui craignait que son mari souffrait de problèmes de santé mentale. En 2018, Dahia a entamé des procédures de divorce. 

Dans les deux dernières années, la police s'est rendue au domicile au moins cinq ou six fois selon les voisins. 

« Ils y allaient pour des disputes conjugales. Je sais que le père est aussi parti plusieurs fois avec ses enfants », a indiqué Ilyass Oudadsse.

Dahia avait porté plainte à la police pour voies de fait armées, l'an dernier, contre son ex-mari. 

La semaine dernière, le tribunal avait tranché qu'elle « avait des raisons de craindre pour sa sécurité » même si Nabil a été acquitté. Il ne devait pas s'approcher de Dahia pendant un an. 

« La dernière fois que j’ai vu Nabil, c’était il y a un mois environ et j’ai trouvé qu’il avait l’air d’un homme détruit. C’était un homme préoccupé. Il ne pouvait plus voir sa femme et ses enfants, et il parlait de ça constamment. Ça ne s’arrangeait pas », a confié Fateh Slamani, un ami de Nabil Yssaad, à La Presse. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: La Presse et Radio-Canada · Crédit Photo: Facebook