Nouvelles : Un agriculteur s'ampute lui-même la jambe afin de sauver sa vie.

Un agriculteur s'ampute lui-même la jambe afin de sauver sa vie.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
5 5 Partages

Au Nebraska, un agriculteur a dû amputer lui-même sa jambe gauche après que celle-ci soit restée coincée dans une machine à blé.

L'homme de 63 ans nommé Kurt Kaser a simplement déclaré aux journalistes d'ABC News: "Je n'avais pas d'autre choix".

C'est en avril que l'incident plutôt insolite s'est produit à Pender au Nebraska.

Kaser affirme que sa jambe est soudainement restée coincée alors qu'il s'affairait à transférer des grains dans un silo à l'aide d'une machine mobile.

Puisqu'il était seul sur les lieux, l'agriculteur a alors pensé à utiliser son téléphone portable afin d'appeler des secours, or le pauvre homme n'y avait pas accès. Puis, comme l'indique le Omaha World Herald, il était inutile pour Kaser d'espérer avoir de l'aide en hurlant étant donné qu'il se trouvait seul sur sa ferme de quelque 600 hectares.

L'agriculteur raconte: "Je ne savais pas quoi faire. J'avais peur que ça aspire encore plus. 

Kaser décide alors d'utiliser son couteau pour faire l'impensable: "L'adrénaline est tellement forte que je ne sais pas si ça fait mal ou pas. [...] Je pense qu'on veut survivre et qu'on fait ce qu'on doit faire pour survivre."

Une fois l'opération terminée, Kaser affirme avoir rampé sur plusieurs dizaines de mètres avant d'avoir enfin accès à un téléphone afin de pouvoir contacter son fils pour demander de l'aide.

Aux dires de Kaser, l'agriculteur a seulement perdu connaissance peu avant son intervention chirurgicale à l'hôpital.

Maintenant qu'il a passé une semaine à l'hôpital, en plus de deux semaines en rééducation, Kaser a obtenu son congé d'hôpital et il est de retour à la maison.

Il reste encore plusieurs mois avant que Kaser ne finisse par retrouver une "vie normale", mais de toute évidence, l'agriculteur semble bien décidé à se montrer combattif et surtout, à ne pas se laisser abattre: "Je sais que je marcherai à nouveau à peu près normalement. D'autres personnes ne pourront pas, ne remarcheront jamais."

Partager sur Facebook
5 5 Partages

Source: TVA Nouvelles · Crédit Photo: Courtoisie