Nouvelles : Un ami de Marylène Lévesque révèle qu'elle n'était “pas nécessairement fière de son métier”.

Un ami de Marylène Lévesque révèle qu'elle n'était “pas nécessairement fière de son métier”.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles

Le journaliste et chroniqueur Patrick Lagacé a rencontré un ami de Marylène Lévesque, la jeune femme qui a été assassinée dans une chambre de l’hôtel Sépia de Sainte-Foy, mercredi dernier.

La mort tragique de Marylène Lévesque a causé une véritable onde de choc chez sa famille ainsi que ses proches, mais les événements qui ont suivi le sordide meurtre ont été très éprouvants aussi.

En effet, quelques heures seulement après l'annonce du décès de Marylène Lévesque, le lourd passé judiciaire de l'auteur de son meurtre allait resurgir et ce fut littéralement une deuxième secousse pour l'entourage de la victime.

Pour ajouter au cauchemar, de nombreux internautes ont émis des commentaires extrêmement désobligeants à l'égard de la victime en raison de la nature du travail qu'elle effectuait et les proches de Marylène Lévesque doivent donc composer avec cette dure réalité.

À cet effet, un ami qui connaissait très bien la victime depuis 2016 et qui était même son colocataire, Max Lance, a bien voulu se confier auprès de Patrick Lagacé. L'homme, qui a aussi été coiffeur de Marylène Lévesque, a expliqué: "C’était une fille tellement attachante, respectueuse, honnête et généreuse. Elle était charmante. Elle était tellement belle. Quand elle regardait quelqu’un avec ses beaux grands yeux bleus, te n’avais pas d’autres choix que d’être hypnotisé. Elle était tellement intelligente. Elle avait des connaissances sur énormément de sujets dans la vie. Elle avait son point de vue".

Lance n'a pas caché que son amie n'aimait pas beaucoup parler du métier qu'elle pratiquait: "Elle n’était pas nécessairement fière de son métier. Son but, ce n’était pas de s’éterniser longtemps. Elle avait son amoureux, son appart, ses animaux au Saguenay. Elle ne vivait pas dans le luxe. Elle était très rangée comme fille, ce n’était pas une écervelée".

Enfin, Lance a rendu un dernier hommage à son amie en se remémorant la force particulière qu'elle dégageait: "Elle rêvait d’avoir une ligne de cosmétiques. Son chum n’était pas d’accord avec son choix de vie, mais c’était une femme de caractère".

Source: 98,5 FM · Crédit Photo: Facebook