Nouvelles : Un homme amputé d'une jambe et d'un bras est obligé de ramper car la compagnie aérienne a confisqué son scooter électrique

Un homme amputé d'une jambe et d'un bras est obligé de ramper car la compagnie aérienne a confisqué son scooter électrique

C'est ignoble.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,820 1.8k Partages

Un homme qui a été amputé d'un bras et d'une jambe a voulu dénoncer la United Airlines de lui avoir confisqué la batterie de son scooter électrique à l'aéroport. L'homme qui était en vacances a dû passer tout son voyage à se déplacer en rampant et sinon, à demeurer confiné dans sa chambre parce qu'il n'arrivait à pas à se mouvoir.

C'est en 1984 que Stearn Hodge a subi un accident de travail qui lui a malheureusement fait perdre l'usage d'un bras et d'une jambe. Or, comme l'explique l'homme de 68 ans, celui-ci a toujours tenu à ce que son handicap ne le limite pas et ainsi, Hodge est parvenu à retrouver de l'autonomie en faisant l'acquisition d'un petit bolide électrique lui permettant de se déplacer à sa guise.

Mais voilà qu'au moment où il quittait Calgary pour se rendre à Tulsa, en Oklahoma, afin de célébrer son 43e anniversaire de mariage, l'homme a appris juste avant de monter à bord du vol qu'il n'était pas autorisé à transporter la batterie de son véhicule électrique.

Selon ce qui lui a indiqué un agent de l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien, il semblerait que le transport de ce type de batterie est interdit en raison de risques d'incendie. D'ailleurs, même si Hodge avait pris le soin de demander à l'avance une autorisation écrite par la compagnie aérienne attestant qu'il pouvait transporter la batterie, cela n'a aucunement changé la décision des agents à l'aéroport.

Aux dires de Hodge, ni l'agent de l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien ou l'agent officiel d'United Airlines n'a voulu regarder ou lire l'autorisation écrite qu'il avait avec lui.

Hodge en veut maintenant à la compagnie d'aviation de lui avoir fait vivre l'expérience humiliante de devoir passer plusieurs jours à devoir se déplacer en rampant.

Dans les prochains jours, Hodge compte déposer une poursuite afin de faire valoir ses droits.

Enfin, à ceux et celles qui oseraient dire à Hodge qu'il aurait pu tout simplement amener un fauteuil roulant traditionnel avec lui, l'homme répond tout simplement que c'est impossible de se déplacer avec un tel appareil quand on n'a qu'un bras, ce qui n'est pas faux.

Partager sur Facebook
1,820 1.8k Partages

Source: DailyMail · Crédit Photo: Courtoisie