Nouvelles : Un homme écope d'une amende de 100 euros car il a donné 70 centimes à une femme qui mendiait à la gare

Un homme écope d'une amende de 100 euros car il a donné 70 centimes à une femme qui mendiait à la gare

L'homme originaire de Toulouse aurait reçu une amende de 100 euros.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles

Un homme affirme avoir été verbalisé à Toulouse (Haute-Garonne) après avoir remis une somme de 70 centimes à une femme qui mendiait à la gare Matabiau. L'homme originaire de Toulouse aurait reçu une amende de 100 euros.

Selon ce que l'homme a expliqué, celui-ci arrivait du travail lorsqu'au moment de retirer de l'argent auprès d'un distributeur de billets, une femme lui aurait demandé de l'argent afin de pouvoir se nourrir. L'homme aurait alors fouillé dans ses poches pour retrouver 70 centimes qu'il a remis à la dame. 

Quelques instants plus tard, une équipe de la police ferroviaire serait venue aborder l'homme pour l'informer que la mendicité dans les lieux publics était interdite. L'homme poursuit son récit en déclarant: "Je lui ai répondu que la femme ne m'avait pas directement demandé de l'argent. Il m'a répondu que si je lui donnais les pièces que j'avais encore dans la main, j'étais passible d'une contravention".

Comme c'est probablement le cas pour bien des internautes qui lisent cette histoire en ce moment, l'homme a cru qu'il s'agissait d'une blague et c'est pourquoi il a décidé de remettre les pièces de monnaie à la dame. L'instant d'après, un agent était déjà en train de préparer sa contravention pour "sollicitation de toute nature".

Alors que l'homme avait cru comprendre qu'il écoperait d'une amende de 50 euros, la surprise fut de taille lorsqu'il a réalisé qu'en fait, il devrait payer une somme de 100 euros. 

Après avoir fait part publiquement de son histoire plutôt insolite, des journalistes de France 3 ont contacté la SNCF qui a confirmé la verbalisation et l'amende: "Sollicitation de toute nature, cela veut dire que vous n'avez pas le droit, dans un lieu public comme une gare, de solliciter les personnes présentes, même pour un sondage par exemple, sans autorisation".

Mais alors que la polémique continuait à gagner en importance, la SNCF est revenue à la charge en reconnaissant une "maladresse", puis en annonçant que: "Le procès-verbal va être annulé et la SNCF va prendre contact avec le voyageur. L'affaire est allée beaucoup trop loin".

Enfin, l'entreprise a tenté de justifier cette situation en expliquant que la présence de mendiants à la gare de Toulouse créait "un sentiment d'insécurité pour les voyageurs" tout en précisant que la SNCF faisait "beaucoup d'annonces en gare pour demander aux passagers ne pas encourager la mendicité".

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Capture d'écran