Nouvelles : Il passe cinq mois en prison à sécurité maximum parce que son amoureuse l'a faussement accusé de viol

Il passe cinq mois en prison à sécurité maximum parce que son amoureuse l'a faussement accusé de viol

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
363 363 Partages

Un homme qui n'avait rien à se reprocher a dû passer cinq mois dans une prison à sécurité maximum parce que son amoureuse l'avait faussement accusé de viol.

L'homme de 31 ans nommé Daniel Jones, qui est originaire de Canberra, était convaincu que Sarah Jane Parkinson était la femme de sa vie lors de leur première rencontre au travail en 2011.

Les deux amoureux ont commencé à former un couple après quelques mois seulement et Jones a même construit une maison afin qu'ils puissent y vivre ensemble.

Mais peu après avoir déménagé avec la jeune femme, Jones a senti que les choses semblaient vouloir prendre une drôle de tournure.

Voilà qu'un jour, Jones apprend qu'il fait l'objet d'un ordre de la cour pour des gestes présumés de violence sur sa conjointe après que celle-ci ait confié à ses collègues du Queanbeyan Police Station qu'il avait abusé d'elle.

Jones a beau répéter à qui veut bien l'entendre qu'il est innocent, les policiers décident plutôt de répliquer en ajoutant des accusations criminelles à son sujet.

Dans une entrevue qu'il a accordée à 60 Minutes, Jones a déclaré: "Je venais de construire une maison et elle venait d'emménager avec moi. Tout allait bien et d'un instant à l'autre, c'est devenu très merdique. C'est une femme menteuse et agressive, même cancéreuse."

Les mensonges de la femme continuent de s'accumuler jusqu'à ce qu'en 2014, elle accuse Jones de l'avoir violée.

La police arrête Jones, puis par la suite, il apprend que celle-ci a effectué un appel d'urgence à la police en racontant qu'elle avait été gravement battue et violée pendant la matinée.

Pendant less 5 mois suivants, Jones est incarcéré dans une prison à sécurité maximum tandis que la police mène son enquête.

Au grand soulagement de Jones, la détective Leesa Alexander finit par remarquer que les preuves présentées par la prétendue victime comportaient de nombreuses incohérences.

En janvier dernier, Parkinson était condamnée un peu plus de 3 ans de prison.

Partager sur Facebook
363 363 Partages

Source: Dailymail · Crédit Photo: Courtoisie