Nouvelles : Un politicien de droite sous enquête pour trafic d'êtres humains

Un politicien de droite sous enquête pour trafic d'êtres humains

L'homme de 71 ans est sous enquête.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1 1 Partages

Les policiers enquêtent actuellement sur trois bordels légaux dans le Nevada, aux États-Unis. Ces trois établissements appartiennent au politicien républicain et ex star d'une émission de téléréalité nommé Dennis Hof. 

L'homme de 71 ans, autoproclamé "Trump from Pahrump", est un propriétaire de septs bordels légaux aux États-Unis, entrepreneur, restaurateur et star de la série HBO Cathouse... et il est actuellement le candidat favori à la législature de l'État du Nevada.

Le Nevada est le seul État américain où les bordels sont légaux, mais ils doivent se restreindre à l'un des huit comtés permis. 

L'homme d'affaires est sous enquête pour possible violation de lois de l'immigration et pour trafic d'êtres humains. Des enquêteurs se sont rendus au Bunny Ranch, au Kit Kat Ranch et au Love Ranch.

Dennis Hof a nié toute violation des lois de l'immigration ou tout possible trafic d'êtres humains dans ses maisons closes et il a déclaré que le département du shérif était responsable de la sélection des employés potentiels.

« La découverte d'infractions à la législation américaine en matière d'immigration dans notre système de maisons de passe légales est extrêmement alarmante », a déclaré le chef de police Al McNeil dans un communiqué publié jeudi sur Facebook.

« La capacité de contraindre, d'exploiter et de trafiquer des citoyens non américains dans le comté de Lyon par des entreprises criminelles étrangères sera difficile à détecter et à dissuader par nos capacités et ressources limitées de demandeurs nés à l'étranger, ce qui nous a amené à développer de meilleurs partenariats de travail avec les agences fédérales de lutte contre la traite des êtres humains », a-t-il ajouté.

Les permis de travail des prostituées ont tous été examinés et plusieurs pratiques ont fait sourciller les autorités au terme d'une enquête interne menée sur une période de quatre mois. 

« Ces pratiques incluent des violations de la législation américaine en matière d'immigration, des indicateurs de traite d'êtres humains en provenance de pays étrangers, des déclarations frauduleuses, la délivrance de cartes de travail avant la vérification des antécédents criminels et l'impossibilité de valider des documents hors de l'État ou d'autres documents étrangers supposés déterminer l'identité des travailleuses », pouvait-on lire dans la déclaration officielle. 

Partager sur Facebook
1 1 Partages

Source: Daily Mail · Crédit Photo: Capture d'écran