Nouvelles : Un sans-abri écope d'une amende de 200 euros pour avoir mendié dans le métro

Un sans-abri écope d'une amende de 200 euros pour avoir mendié dans le métro

Transpole est maintenant critiquée pour ce geste.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
732 732 Partages

Un sans-abri a écopé d'une amende de 200 euros par le réseau de transport Transpole pour avoir mendié dans le métro, à Lille, dimanche.

Ce SDF «a été verbalisé pour mendicité au sein de la station de métro gare Lille-Flandres», a confirmé Transpole.

Les agents «veillent au respect du règlement d'utilisation du réseau» incluant «l'interdiction de pratiquer toute forme de mendicité dans l'enceinte des transports», peut-on lire dans le communiqué de la société.«Toute personne contrevenant à cette disposition s'expose à une amende prévue pour les contraventions de 4e classe».

L'association «Une Touche d'Espoir» a décidé de réagir sur Facebook:  

«Hier, à Lille. Touche d'espoir maraude dans le centre ville pour distribuer des repas frais aux sans abris. Nous croisons l'un deux devant la gare. Il nous explique sa mésaventure.

Des dispositions réglementaires s'appliquent dans les stations de métro. Ce sont souvent là que des sans abris se mettent à l'abri du froid ou mendient. Tout sans abri qui se trouverait dans cette situation à Lille peut être sanctionné d'une amende pouvant aller jusqu'à 200 euros. Sans aucune incivilité, agression, sans aucun trouble à l'ordre public, le seul fait d être assis au bas d'un escalator peut leur valoir cette sanction. L'un d'eux à déjà fini en garde à vue après avoir eu plusieurs de ces amendes.

Imaginons qu'un sans abri retrouve une situation et un emploi demain, il aura à assumer le recouvrement de ces sommes par la société Transpole ou le Trésor public. La promesse d'une difficulté accrue à sortir de sa précarité. La promesse qu'on prolongera sa pauvreté même s'il a les moyens d'en sortir.

Chasse aux pauvres? Ne pouvons nous pas aborder par une autre voie que la coercition et la sanction cette situation?»

«C'est disproportionné, 200 euros pour un sans-abri c'est plusieurs nuits à l'hôtel. On ne comprend pas que face à une personne démunie on puisse agir avec une certaine forme de violence», a déclaré par la suite Ibrahim Dergam, président de l'association.

Transpole s'est défendu en se disant impliqué dans l'accompagnement des «personnes en situation de grande précarité"» grâce à une collaboration avec l'association ABEJ Solidarité. Une aide offerte par la présence de deux éducateurs qui ont comme mandat de «proposer aux personnes dans le besoin une aide et un accompagnement vers des structures d'hébergement, de soin ou d'emploi».

Partager sur Facebook
732 732 Partages

Source: BFMTV · Crédit Photo: Capture d'écran