Nouvelles : Une famille doit dire adieu à leur fillette après un combat mortel contre la grippe.

Une famille doit dire adieu à leur fillette après un combat mortel contre la grippe.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Shannon Sandvik est une maman qui a vécu le pire des cauchemars en perdant sa fille.

Tout récemment, elle a partagé l'histoire tragique de la mort de sa fille Kinsley.

Comme l'a expliqué Shannon, tout a débuté par un matin, alors que la fillette avait de la fièvre et des maux de tête, en plus de vomissements: "Kinsley a reçu un résultat positif à la grippe B le lendemain dans une clinique. On lui a donné du Tamiflu et on nous a dit de traiter la douleur et la fièvre en alternant l’ibuprofène et le Tylenol. Ce n’était pas notre premier rodéo avec des enfants malades. Nous avons cinq enfants dans la maison et nous avons déjà eu affaire à des maladies comme celle-ci dans le passé. J’ai frotté la maison de haut en bas avec du Lysol et de l’eau de Javel pour empêcher les autres d’attraper quoi que ce soit et elle a été mise en quarantaine dans sa chambre pendant quelques jours. Dimanche, elle s’est réveillée en se sentant beaucoup mieux. Elle s’est assise à la table de cuisine avec sa soeur."

Mais le rétablissement de Kinsley n'était que temporaire: "Lundi matin, vers 6 heures du matin, je l’ai entendue pleurer près de mon lit. « Maman, j’ai mal à la tête, j’ai mal à la gorge et j’ai très mal à la poitrine. » Cet enfant ne pleure jamais et ne monte jamais me réveiller. J’étais vraiment inquiète. J’ai envoyé un texto à ma bonne amie, Lacey, et elle m’a dit : « Tu ferais mieux d’être prudente avec ça, je connais quelqu’un qui est mort de la grippe. » [...] Quand on est arrivés chez le pédiatre, elle était en mauvais état. Étant donné les circonstances et comment elle avait commencé à se sentir mieux pour ensuite empirer, ils nous ont envoyés aux urgences pour être en sécurité."

Shannon a expliqué qu'à l'hôpital, les médecins ont fait tout en leur possible pour faire diminuer la fièvre, puis après s'être assuré que Kinsley n'était plus en danger, ils ont informé sa mère qu'elles pourraient retourner à la maison. 

Or, quelques heures plus tard seulement, l'état de Kinsley a recommencé à dégringoler et que Shannon s'est empressée de repartir à l'hôpital avec elle: "Elle est entrée à l'urgence du Calvert Memorial et ils l’ont ramenée tout de suite. Plusieurs infirmières et médecins lui ont fait respirer de l’oxygène pendant qu'une autre infirmière était au téléphone avec le Children’s National pour la faire transférer. [...] À 16 h mardi, nous étions en route vers le PICU national pour enfants. Le bruit, l’agitation, et des millions de médecins et d’infirmières dans sa chambre étaient si écrasants. J’ai passé un moment dans la salle de bain à vomir. Mon instinct me disait qu’elle ne sortirait pas de là."

La petite Kinsley a reposé entre la vie et la mort pendant plusieurs jours, puis les médecins ont annoncé la nouvelle fatidique à Shannon: "Jeudi 13 février était le jour où nous savions avec certitude que nous quittions l’hôpital pour enfants sans notre petite fille. [...] Elle perdrait ses quatre membres si elle survivait. Son cœur ne fonctionnait pas comme il se doit. Ses poumons étaient pleins de liquide. Ses reins étaient défaillants et elle mourrait dans les 24 heures s’ils ne pouvaient pas commencer la dialyse. Enfin, elle avait subi un accident vasculaire cérébral massif et si elle en s'en sortait vivante, elle aurait toutes sortes de problèmes avec tout le côté gauche de son corps. Ce qui se produirait probablement, c’est que la pression du mauvais côté de son cerveau provoquerait une mort cérébrale."

Au cours des heures suivantes, Shannon est restée auprès de sa fille, profitant de chaque instant en sa compagnie.

Puis, le 14 février, l'inévitable allait se produire: "Je suis montée dans mon lit avec elle, l’ai serrée dans mes bras, lui ai tenu la main et j’ai pleuré. Mon mari se tenait au-dessus d’elle et il lui tenait l’autre main tout en lui caressant la tête. À 15 h 10, le jour de la Saint-Valentin, nous avons perdu notre éternelle Saint-Valentin, Kinsley Reese Sandvik."

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Love That Matters · Crédit Photo: Capture d'écran