Nouvelles : Une fausse infirmière congédiée après avoir travaillé pendant 20 ans à Jonquière.

Une fausse infirmière congédiée après avoir travaillé pendant 20 ans à Jonquière.

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,289 1.3k Partages

Une femme a travaillé comme infirmière sans permis et sans diplôme, et ce, pendant 20 ans. 

Cette femme a reçu son permis de l'Ordre des infirmières du Québec alors qu'il était destiné à une autre femme avec le même nom qu'elle, selon les informations confirmées à TVA Nouvelles par le centre intégré de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac St-Jean. 

Celle qui n'a jamais reçu de formation a donc pu travailler comme infirmière pendant 20 ans à l'hôpital de Jonquière sans que personne ne remarque qu'elle n'avait pas les compétences nécessaires au départ. 

Le pire dans cette histoire c'est que l'infirmière a été affectée au département de chirurgie!

« Pour nous, c'est inconcevable que l'employeur n'ait pas fait les vérifications nécessaires », a déclaré la présidente du syndicat de la , Julie Bouchard, à TVA Nouvelles. « C'est incroybale de voir qu'une personne ait pu se faufiler pendant autant d'années dans le système alors que lorsque les vérifications sont faites de manière adéquate, c'est pratiquement impossible. »

« Nous ce qu'on veut c'est que l'employeur soit extrêmement rigoureux et sévères lorsque les vérifications se font pour les ordres professionnels », a-t-elle ajouté en entrevue. 

Ce n'est que le printemps dernier que le centre intégré de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac St-Jean s'est douté de quelque chose. Une enquête du CIUSS et de l'Ordre des infirmières du Québec a permis de découvrir la vérité. 

Le femme risque donc maintenant d'être accusée d'usurpation d'identité et production de faux documents.

« Nous sommes toujours en enquête et nous devons la défendre jusqu'à preuve du contraire », a affirmé Julie Bouchard à TVA Nouvelles. « L'autre membre, l'usurpée, nous avons aussi un devoir de représentation envers elle. [...] Du moment où les allégations seront fondées, si c'est le cas, il y aura une fermeture de dossier et ce sera les autres instances qui s'occuperont de gérer les problématiques en fonction de leurs compétences. »

Partager sur Facebook
1,289 1.3k Partages

Source: Journal de Québec · Crédit Photo: Adobe Stock