Nouvelles : Une femme de 24 ans crache sur les policiers qui la contrôlent en disant qu'elle a le coronavirus

Une femme de 24 ans crache sur les policiers qui la contrôlent en disant qu'elle a le coronavirus

Un geste honteux.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Alors que le coronavirus continue à se propager en France, certaines personnes font toujours preuve d'autant d'incivilité comme l'illustre l'histoire de cette femme d'une vingtaine d'années qui a craché sur les policiers qui la contrôlaient en leur disant qu'elle avait le coronavirus.

C'est Le Parisien qui rapporte cette nouvelle qui est en train de faire le tour du pays. La commune de Longjumeau dans l'Essonne a été le théâtre d'un acte odieux ce lundi. En effet, une jeune femme de 24 ans  a craché sur les policiers qui la contrôlaient en leur disant qu'elle avait le coronavirus. Cette dernière n'avait pas le document justificatif pour pouvoir se déplacer en cette période de confinement total. Par la suite, le ton est rapidement monté, raconte le quotidien. Elle a insulté copieusement les policiers en les traitant notamment de «sales blancs» et en leur souhaitant le pire possible: «J'espère que vous allez tous crever du Covid».

Le Parisien explique qu'à ce moment-là, les policiers sont complètement débordés par la situation et que la jeune femme tente de s'enfuir. La brigade anticriminalité arrive en renfort pour la maîtriser. Malheureusement, elle va griffer un policier et cracher sur un autre en lançant: «J'ai le coronavirus, vous allez tous crever». Finalement, les forces de l'ordre vont réussir à la maîtriser complètement et vont la placer en garde à vue. 

Le quotidien indique que la jeune femme est passée en comparution immédiate mardi soir et elle a été sanctionnée à 7 mois de prison ferme et à une amende de 350 euros pour ne pas avoir au moment des faits une attestation de déplacement. Le Parisien précise qu'elle possède un casier judiciaire chargé.

De leur côté, les deux policiers qui ont été victime de ses actes violents ont eu le droit respectivement à 3 et 4 jours d'incapacité totale de travail. Le Parisien souligne qu'ils sont très choqués par ce qui leur est arrivé.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Adobe Stock