Nouvelles : Une femme de La Tuque qui a sauvagement été agressée se remet difficilement de ses blessures.

Une femme de La Tuque qui a sauvagement été agressée se remet difficilement de ses blessures.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une ancienne conseillère municipale de La Tuque qui est aujourd'hui copropriétaire de l’hôtel Central à Parent a subi une violente agression la semaine dernière. La femme nommée Sylvie Lachapelle a accepté de briser le silence à propos de l'attaque très violente dont elle a été victime.

Sylvie Lachapelle ne cache pas qu'elle se souvient plus ou moins des événements, mais elle se rappelle toutefois que l'attaque est survenue peu après qu'une de ses employées lui ait demandé de l'aider à intervenir auprès d'un individu: "Il était agressif, il voulait tuer tout le monde. Ç’a été filmé par les caméras de surveillance et c’est sous enquête".

L'individu en question, un homme nommé Patrice St-Amand, a été accusé de tentative de meurtre et des accusations supplémentaires de voies de fait, menace et d’incendie criminel devraient être déposées lors de sa prochaine comparution au palais de justice de La Tuque, qui est prévue pour le 14 janvier.

Selon ce que rapporte Le Soleil, c'est le 2 janvier que St-Amand aurait été expulsé de chez Ti-Rouge, un lieu d’hébergement au lac Dandurand, suite à une dispute qui aurait éclaté. L'homme se serait ensuite rendu à l’hôtel Central dans le village de Parent, où il aurait été mêlé une fois de plus à une dispute. Par la suite, la serveuse aurait demandé à la copropriétaire Sylvie Lachapelle d'intervenir et c'est à ce moment que St-Amand aurait violemment agressé celle-ci en la frappant de coups de poing et de coups de pied.

Enfin, la guérison pourrait être très longue pour Sylvie Lachapelle, comme elle l'a expliqué au journal Le Soleil: "Le rétablissement peut être long. Je me suis fait opérer pour le visage, la mâchoire, le nez… Je revois le chirurgien facial le 15 janvier. Je ne peux pas rien faire, j’ai tout le visage enflé. C’est très difficile. [...] J’en ai pour des mois et des mois et peut-être même des années avant de m’en remettre".

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Le Soleil · Crédit Photo: Capture d'écran