Nouvelles : Une femme se retrouve défigurée suite à une chirurgie qui a très mal tournée.

Une femme se retrouve défigurée suite à une chirurgie qui a très mal tournée.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une femme regrette grandement d'être passée sous le bistouri après cinq chirurgies qui ont très mal tourné pour elle. La femme doit maintenant vivre avec des lèvres si gonflées qu'elles l'empêchent de sourire, tandis que son nez ressemble désormais à celui d'un cochonnet.

La femme de 42 ans nommée Ellen Gonzalez avait décidé de se tourner vers la chirurgie esthétique après avoir été victime d'intimidation en raison de son apparence quand elle était enfant.

Ses premières injections de silicone aux lèvres en 2004 l'avaient laissée insatisfaite, puis elle a été encore plus bouleversée par les deux chirurgies du nez qu'elle a subi par la suite en 2016 et 2017, qui l'ont laissée avec une espèce de museau.

Les choses sont ensuite allées de mal en pis quand elle a essayé de se faire réparer les lèvres, car elle est désormais dans l'impossibilité de sourire ou de manger correctement.

Dans une entrevue qu'elle a accordée à Lad Bible, la mère de trois enfants de Stamford, au Connecticut, a déclaré: "J'aurais préféré ne jamais avoir touché mon visage. Je me sens laide et sans attrait. Je ne veux plus être fausse. Enfant, j'ai vécu beaucoup de traumatismes, c'est pourquoi j'ai subi une chirurgie plastique. Je voulais avoir le contrôle sur mon corps. J'ai été victime d'intimidation au point de vouloir me suicider et je me suis enfuie de chez moi pour m'éloigner de mes agresseurs. Quand les brutes vous disent que vous êtes grosse, laide, que vous seriez mieux morte, vous faites n'importe quoi pour changer cette impression de vous-même. Pour moi, la chirurgie était [dans le but de] me faire paraître belle. Mais j'ai raté une année entière de basket-ball de ma fille, Noël et Thanksgiving parce que je ne suis pas allée à quoi que ce soit [après l'opération]. Je ne suis allée nulle part. Je ne peux ni manger ni boire correctement. La nourriture tombe de ma bouche, et si je bois des liquides et que je ne suis pas penchée dans le bon sens, ils sortent aussi. Je dois boire avec une paille. Maintenant, je suce ma lèvre inférieure, de sorte que les gens ne remarquent pas. J'ai pratiqué et si je la suce, j'ai l'air normal tant que je ne souris pas. Les gens doivent faire de la recherche et savoir ce que les procédures impliquent".

Le cauchemar d'Ellen a donc débuté il y a plus de 15 ans alors qu'elle avait demandé aux médecins qu'on lui retouche les lèvres: "Il y a des années [en 2004], mon amie m'a parlé d'une dame qui faisait des petites interventions comme des tatouages de sourcils et des remplissages de lèvres, mais ce n'était pas une vraie clinique. Elle m'a injecté les lèvres et [...] J'ai tout de suite senti qu'elles étaient trop grosses, mais elle m'a assuré qu'elles allaient devenir plus petites. Elle a dit que ce n'était pas permanent et que ça serait parti dans quelques années - c'était 2004. En 2016, ma fille avait une tumeur au cou et le chirurgien m'a dit qu'il pourrait aussi m'aider. Il m'a dit de passer à son bureau. À l'origine, il faisait une rhinoplastie, mais [mon nez] était tourné vers le haut comme un petit museau de cochon. Ça n'avait pas l'air naturel. C'était comme si j'avais deux nez séparés. La deuxième fois qu'il a pratiqué l'opération, il a pris de la graisse de mon estomac et l'a ajoutée à mon nez. Maintenant, j'ai un nez encore plus grand que lorsque j'ai commencé".

Ellen explique ensuite que lorsque le docteur a décidé de s'occuper de ses lèvres, le spécialiste a visiblement improvisé: "Pendant qu'il faisait ça, il a dit qu'il ferait mes lèvres un peu plus petites aussi. Au lieu de couper tout droit, il a coupé un côté plus haut que l'autre. Je lui ai demandé des explications et il ne m'a pas répondu. Il a dit qu'elles avaient l'air bien et que si je ne les aimais pas, il les réparerait à nouveau".

En raison de sa situation financière, Ellen n'a pas eu d'autre choix que de retourner chez le même chirurgien pour essayer de se faire réparer le visage et elle passera sous le bistouri une fois de plus le mois prochain: "Je suis maintenant sans emploi, donc je n'ai pas le choix pour un autre médecin. Ma prochaine chirurgie est en février. Je ne me sens pas très bien de lui faire confiance à nouveau, mais je n'ai pas d'options. J'essaie de les faire aussi petites que possible. J'ai des cicatrices sur les lèvres. Je ne veux pas continuer à ajouter des cicatrices. Mon but est de revenir à ce que ressemblais auparavant pour que mes filles ne pensent pas que la seule façon de se sentir belle est de ressembler à une Barbie surdimensionnée".

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Lad Bible · Crédit Photo: Capture d'écran